Image

Adénocarcinome pulmonaire - qu'est-ce que c'est, symptômes et traitement

L'adénocarcinome pulmonaire est une tumeur formée à partir du tissu glandulaire des poumons et des bronches. En règle générale, le néoplasme est situé à la surface des petites bronches, mais il peut également être localisé sur les grosses bronches.

Qu'est-ce qu'un adénocarcinome pulmonaire?

Cette pathologie se manifeste sous la forme de petits nodules situés dans les poumons. Ces nodules ont différentes tailles, densité et couleur. Le plus souvent, les nodules ont une couleur grise, mais il y a des teintes blanches ou brun jaunâtre. De plus, certaines cellules qui n'ont pas de couleur peuvent se trouver dans la tumeur, de ce fait, une partie du néoplasme peut être transparente..

Principales cliniques en Israël

L'adénocarcinome pulmonaire (code ICD10-C34) fait référence à des tumeurs se développant à partir de dérivés de cellules épithéliales, cette pathologie a une évolution maligne, un type de croissance invasif et peut produire des métastases. Le cancer commence à se développer à partir des glandes tapissant la surface de l'arbre bronchique.

Ce type de cancer affecte le système respiratoire et peut entraîner la mort en très peu de temps. Une telle pathologie est courante, - parmi toutes les pathologies pulmonaires, l'adénocarcinome est détecté chez 10 à 30 patients sur cent. La localisation périphérique et la capacité de malignité rapide sont à l'origine d'une mortalité accrue et, en l'absence de traitement adéquat, la tumeur peut se développer deux fois.

Les poumons sont recouverts d'une membrane séreuse, appelée plèvre viscérale, constituée d'une seule couche de mésothélium. Les organes sécrètent les voies respiratoires et la section respiratoire. Le poumon gauche se compose de 2 parties, la droite - de trois.

Causes de la tumeur

Les causes et les facteurs de risque de l'apparition de cette oncologie comprennent:

  • prédisposition génétique;
  • maladies pulmonaires chroniques;
  • abus de malbouffe (salé, épicé, gras);
  • tabagisme - actif et passif;
  • exposition chronique aux radiations;
  • travailler dans des industries dangereuses;
  • consommation d'alcool;
  • mode de vie sédentaire;
  • vivre dans une zone défavorisée sur le plan environnemental.

Classification des maladies

L'adénocarcinome pulmonaire peut être classé selon le degré de différenciation dans les types suivants:

  • bas grade;
  • moyennement différenciée;
  • très différencié.

Plus le degré de différenciation est élevé, plus le processus cancéreux est dangereux et plus le pronostic est mauvais pour le patient. Les tumeurs hautement différenciées produisent rapidement du mucus, une différenciation modérée implique la structure glandulaire-muqueuse de la tumeur, des cellules polygonales formant du mucus sont présentes dans la tumeur faiblement différenciée.

En apparence, forme, structure histologique, on distingue les types d'adénocarcinomes suivants:

  1. adénocarcinome mucineux du poumon - est considéré comme le type de tumeur le plus rare et le plus dangereux;
  2. némucineux;
  3. type mixte - mucineux à némucineux;
  4. solide avec de la mucine;
  5. acinar;
  6. bronchiolaire alvéolaire;
  7. papillaire;
  8. avec des sous-types mixtes;
  9. adénocarcinome à cellules claires;
  10. cellule cricoïde;
  11. fœtale hautement différenciée.

Vous voulez connaître le coût du traitement du cancer à l'étranger?

* Ayant reçu des données sur la maladie du patient, le représentant de la clinique pourra calculer le prix exact du traitement.

Stades de la maladie

Il existe quatre stades de cette maladie:

Stade 1 - la taille de la tumeur est inférieure à 3 cm Le néoplasme est situé dans un segment et ne métastase pas..

Stade 2 - la taille de la tumeur ne dépasse pas 6 cm, elle est également située dans un segment, mais peut donner des métastases aux ganglions lymphatiques broncho-pulmonaires.

Stade 3 - une tumeur d'un diamètre de plus de 6 cm, ses cellules sont dans le même lobe du poumon, il y a un foyer de métastases dans les ganglions lymphatiques des zones de bifurcation ou paratrachéales.

Le cancer de ce dernier - 4 degrés - affecte le deuxième poumon, le processus tumoral se propage aux structures voisines. Au 4ème stade, les métastases affectent les organes distants, une pleurésie cancéreuse apparaît.

Symptômes de la maladie

Aux premiers stades, aucun signe d'adénocarcinome pulmonaire n'est observé ou insignifiant. Les premières manifestations ne semblent pas typiques et sont similaires aux symptômes de nombreuses autres maladies:

  • somnolence;
  • fatigabilité rapide;
  • diminution ou manque total d'appétit;
  • diminution des performances;
  • épuisement, perte de poids soudaine.

À mesure que la taille de la tumeur augmente, d'autres signes de la maladie se rejoignent:

  • toux persistante prolongée avec libération de crachats abondants;
  • hémoptysie;
  • gonflement du visage et du cou;
  • douleur derrière la poitrine;
  • apathie;
  • essoufflement même avec de petites charges;
  • inflammation des ganglions lymphatiques régionaux;
  • le développement de l'anémie;
  • augmentation de la température jusqu'à 37 degrés;
  • l'apparition de pneumonie et de pleurésie, difficiles à traiter.

Diagnostic de la maladie

Dans un premier temps, le médecin analyse les plaintes du patient et recueille une anamnèse. De plus, pour le diagnostic, les études suivantes sont réalisées:

  • analyse des expectorations pour la cytologie;
  • test sanguin général, biochimique, sur marqueurs tumoraux;
  • biopsie de ponction pour l'histologie;
  • radiographie pulmonaire;
  • IRM, CT;
  • Ultrason
  • bronchoscopie.

Traitement des maladies

Le plus souvent, un traitement complexe est prescrit, qui consiste en une intervention chirurgicale, une chimiothérapie et une radiothérapie. Le traitement combiné peut obtenir le meilleur résultat..

Lorsqu'une tumeur est détectée à un stade précoce de la formation et qu'elle est petite, une intervention chirurgicale peut guérir complètement le patient et préserver une grande partie de l'organe. L'étendue de l'opération dépend de l'emplacement et de la taille de la tumeur. Trois types d'intervention chirurgicale sont déterminés:

  • segmentectomie - le médecin retire un ou plusieurs segments du poumon affectés par le cancer;
  • lobectomie - un lobe du poumon est excisé;
  • pulmonectomie - une excision absolue du poumon est effectuée.

Simultanément à l'un de ces types d'intervention chirurgicale, une excision est faite de ganglions lymphatiques régionaux, c'est-à-dire liés à la zone thoracique. Avant d'effectuer l'opération, les médecins évaluent le deuxième poumon. S'il ne remplit pas assez bien ses fonctions, la chirurgie n'est pas effectuée, puis a recours à la chimie ou à la radiothérapie.

Pour l'irradiation, un cyber-couteau est utilisé, qui affecte le rayonnement directement sur la tumeur.

La chimiothérapie est considérée comme un traitement efficace. Médicaments prescrits qui tuent les cellules non seulement de la tumeur principale, mais aussi des métastases résultantes. La thérapie chimique effectuée avant la chirurgie peut réduire la taille de la tumeur et menée après qu'elle peut prévenir la récurrence de l'adénocarcinome.

La survie en présence d'adénocarcinome pulmonaire dépend de son stade et de sa forme..

De nombreuses méthodes innovantes sont utilisées pour lutter contre cette pathologie. Ces méthodes incluent la thermothérapie, une procédure dans laquelle un scanner de volume est utilisé qui scanne la zone affectée et vous permet de déterminer avec précision le montant de la chirurgie. La thérapie ciblée, dans laquelle les médicaments utilisés ciblent spécifiquement les cellules tumorales, a fait ses preuves..

Ne perdez pas votre temps à chercher un prix de traitement du cancer inexact.

* Seulement à la réception des données sur la maladie du patient, le représentant de la clinique pourra calculer le prix exact du traitement.

Méthodes alternatives après chimiothérapie

Les méthodes alternatives de lutte contre le cancer ne peuvent servir que de thérapie supplémentaire. Ils ne sont pas en mesure de remplacer le traitement de base. Des méthodes de médecine alternative peuvent être utilisées pour arrêter les nausées et autres effets secondaires de la chimiothérapie..

Une recette efficace est la collection suivante d'herbes médicinales:

  • graines de lin;
  • feuilles d'ortie;
  • camomille;
  • racine de ginseng;
  • fleurs d'oranger;
  • couleur pomme;
  • feuilles d'aloès séchées.

Tous les ingrédients sont broyés, mélangés et brassés. Ce thé se boit quotidiennement avec du miel en l'absence d'allergies..

L'utilisation de toute prescription de médecine traditionnelle est convenue au préalable avec le médecin, car l'automédication peut aggraver la situation et entraîner de graves complications et conséquences..

Vidéo connexe:

Pronostic de la maladie

Le pronostic de survie dépend du degré de malignité de la tumeur, de son emplacement, de l'âge du patient, du stade de traitement de la maladie et de la réaction du corps au traitement. Avec le cancer du poumon du dernier stade, le pronostic est le plus défavorable.

Le troisième degré de cancer après le traitement donne une chance à un taux de survie à cinq ans de 10% des patients. Avec une résection pulmonaire totale avec tissus et ganglions lymphatiques atteints, le taux de survie atteint 30%. La thérapie au premier stade de la maladie donne une chance de survie à cinq ans chez 60 à 70% des patients.

Prévention des maladies

La prévention de la maladie consiste à éviter les facteurs pouvant être à l'origine de l'apparition de l'oncologie dans les poumons:

  • arrêter de fumer;
  • traitement opportun et approprié des maladies virales;
  • nutrition adéquat;
  • ne pas entrer en contact avec l'amiante, l'arsenic, le nickel et d'autres produits chimiques, en respectant les règles de sécurité.

Adénocarcinome pulmonaire: stades, traitement et pronostic

L'adénocarcinome du poumon est une tumeur qui se développe à partir de l'épithélium glandulaire des bronches et du tissu pulmonaire. Dans la pratique pulmonaire, ce néoplasme est diagnostiqué dans 40% des cas, c'est-à-dire qu'il s'agit de la variante la plus courante du cancer du poumon. La plupart des patients sont des hommes de plus de 60 ans.

La tumeur grossit rapidement et se propage à d'autres organes. Plus le traitement est commencé tôt, plus les chances de survie sont grandes.

Stades de la maladie

Le stade d'une tumeur pulmonaire est déterminé par sa taille et la présence de métastases.

La classification de l'adénocarcinome pulmonaire par stades est présentée dans le tableau:

ÉtapeTaille de la tumeurPrévalenceMétastases
PremièreJusqu'à 3 cmSegment du poumon ou bronche segmentaireNon
SecondeJusqu'à 6 cmSegment pulmonaireDans les ganglions lymphatiques broncho-pulmonaires
TroisièmePlus de 6 cmLobe du poumon ou bronche lobaireDans les ganglions lymphatiques de la trachée, la fibre médiastinale
QuatrièmePrend tous les poumonsPoumon voisin, autres organes thoraciquesPleurésie cancéreuse, métastases à d'autres organes

De plus, le néoplasme est classé selon le degré de différenciation cellulaire:

  • hautement différenciées - cellules glandulaires qui produisent du mucus;
  • différenciation secondaire - cellules glandulaires et solides;
  • bas grade - cellules solides.

La tumeur donne des métastases au foie, aux os, aux glandes surrénales, au cerveau.

Manifestations

Le stade initial du cancer glandulaire est caractérisé par l'absence de symptômes manifestes. Les premières manifestations commencent lorsque la tumeur grossit et bloque la lumière de la bronche ou la serre de l'extérieur. La personne s'inquiète:

  • toux persistante prolongée avec beaucoup de crachats;
  • hémoptysie;
  • essoufflement pendant l'effort physique, puis au repos;
  • douleur thoracique.

Le patient devient léthargique, rapidement fatigué. Il y a une perte d'appétit. La voix change - elle devient rauque, une respiration sifflante apparaît.

En raison d'une violation de la fonction d'échange de gaz, des signes d'insuffisance respiratoire apparaissent:

  • pâleur de la peau avec une teinte bleuâtre;
  • essoufflement grave;
  • vertiges.

L'anémie chronique est une conséquence de la séparation constante du sang avec les expectorations..

Une caractéristique qui permet de suspecter une pathologie cancéreuse est une augmentation prolongée de la température corporelle à 37 -37,5 degrés. Aux derniers stades de la maladie, une perte de poids importante se produit..

Les patients atteints d'adénocarcinome ont souvent des maladies pulmonaires - pneumonie, pleurésie. À l'examen, des ganglions lymphatiques régionaux élargis sont trouvés. La croissance d'une tumeur maligne entraîne des dommages aux vaisseaux sanguins - des saignements pulmonaires se développent.

Les symptômes suivants indiquent des métastases cancéreuses à d'autres organes:

  • Syndrome de Horner - paupières tombantes, debout le globe oculaire vers l'avant;
  • syndrome de la veine cave inférieure - accumulation de liquide dans la cavité abdominale, gonflement des jambes;
  • épanchement pleural;
  • gynécomastie - hypertrophie mammaire chez les hommes.

Le plus souvent, ces manifestations font suspecter un cancer du poumon et examinent une personne.

Traitement

En raison de la nature asymptomatique des stades initiaux, le diagnostic de la tumeur est déjà effectué aux stades 2-3, lorsqu'il existe des signes d'obstruction des voies respiratoires. Par conséquent, le traitement préféré de l'adénocarcinome pulmonaire est la chirurgie.

Intervention chirurgicale

Il existe plusieurs types d'opérations, selon le volume de tissu pulmonaire retiré:

  • segmentectomie - pendant l'opération, un ou plusieurs segments du poumon sont retirés;
  • lobectomie - enlever un lobe du poumon;
  • pulmonectomie - retirer tout l'organe affecté.

De plus, tous les ganglions lymphatiques avec métastases sont supprimés..

Le choix de la technique dépend de la taille et de la prévalence de la lésion. La chirurgie des maladies oncologiques obéit aux principes de l'ablastique et de l'antiblastique - ainsi que des tissus clairement affectés, plusieurs centimètres de tissus environnants sains sont retirés. Extérieurement, il ne peut y avoir aucun signe de tumeur, mais des cellules cancéreuses individuelles y restent, ce qui provoque par la suite une rechute de la maladie.

L'intervention chirurgicale vous permet de retirer complètement la tumeur uniquement si des métastases aux organes distants ne se sont pas encore produites. Cela n'est possible qu'aux étapes 1-2. Par conséquent, dans la plupart des cas, la radiothérapie est un complément au traitement chirurgical..

Radiothérapie

Il peut être utilisé à la fois avant et après l'opération. L'essence de cette méthode consiste à utiliser un rayonnement nuisible aux cellules tumorales. L'inconvénient de la radiothérapie est qu'elle a également un effet négatif sur les tissus sains. Un type d'exposition était la curiethérapie. Cette méthode consiste à placer la source de rayonnement directement dans le poumon affecté..

La radiothérapie s'accompagne d'un certain nombre d'effets secondaires:

  • fatigue;
  • immunité diminuée et maladies infectieuses fréquentes;
  • coagulation.

Chimiothérapie

Une autre option de traitement est la chimiothérapie. Il s'agit de l'utilisation de médicaments à effet cytostatique qui détruisent les cellules cancéreuses. Médicaments utilisés tels que:

Les médicaments sont utilisés pour l'injection orale ou intraveineuse. La posologie et la durée du traitement sont calculées individuellement par le médecin traitant, en fonction du poids corporel et de la taille. Les médicaments sont assez toxiques, donc la posologie doit être choisie avec une grande précision.

La chimiothérapie conduit au développement d'un grand nombre d'effets secondaires:

  • immunité diminuée;
  • trouble de saignement;
  • le développement de l'anémie;
  • perte de cheveux, peau sèche, ongles cassants;
  • symptômes dyspeptiques sous forme de nausées et de vomissements;
  • inflammation des muqueuses.

Après la fin de la chimiothérapie, les effets secondaires disparaissent progressivement.

Le mode de vie du patient est d'une grande importance. Quel que soit le stade de la maladie, il est recommandé aux patients:

  • renoncer aux mauvaises habitudes, surtout quand il s'agit de fumer;
  • adhésion aux principes d'une bonne nutrition;
  • activité physique adéquate;
  • respect du régime de travail et de repos;
  • sommeil complet.

Prévoir

Le résultat de l'adénocarcinome pulmonaire dépend dans une large mesure du stade de diagnostic de la maladie et du début du traitement:

  1. Le pronostic le plus favorable est observé au stade 1-2 de la tumeur. La survie à cinq ans dans ce cas est jusqu'à 70%.
  2. Avec un adénocarcinome de troisième stade, seulement 25% des patients survivent pendant cinq ans. La première année, le taux de survie est de 50%.
  3. La quatrième étape du processus pathologique a le pronostic le plus défavorable. Une survie à cinq ans est observée chez 10% des patients.

Le degré de différenciation cellulaire est d'une grande importance pour prédire le résultat. Avec un cancer de bas grade, une personne ne vivra pas sans traitement pendant plus de 2 à 3 mois. Mais une telle tumeur est la plus sensible aux radiations et à la chimiothérapie, de sorte que les chances de survie sont considérablement augmentées avec un traitement rapide. C'est pourquoi il n'est pas recommandé d'attendre longtemps après le diagnostic - le traitement doit être démarré dès que possible.

Après le traitement, les patients font l'objet d'un suivi et d'un examen annuel. C'est ainsi que l'efficacité du traitement est évaluée et les cas de récidive de la maladie sont identifiés.

Conclusion

L'adénocarcinome pulmonaire est l'une des pathologies oncologiques les plus défavorables. La tumeur a tendance à augmenter rapidement de taille et à métastaser non seulement dans les organes voisins, mais également dans les organes distants. Une complication dangereuse de la maladie est l'hémorragie pulmonaire d'un vaisseau endommagé par une tumeur. Les premiers stades de la maladie sont presque asymptomatiques, de sorte que la tumeur est diagnostiquée tardivement, lorsque des métastases se sont déjà produites.

Dans la plupart des cas, le traitement est complexe et comprend l'ablation chirurgicale de la tumeur, la chimiothérapie et la radiothérapie. Le pronostic dépend en grande partie du diagnostic précoce de la maladie..

Adénocarcinome pulmonaire

L'adénocarcinome pulmonaire (cancer du poumon glandulaire) est un cancer non à petites cellules, diagnostiqué dans 40% de tous les cancers du poumon. Le principal danger de ce processus pathologique est que, dans la plupart des cas, il est asymptomatique. Les hommes du groupe d'âge de 50 à 60 ans sont les plus sensibles à la maladie. Avec un traitement rapide, il ne provoque pas de complications.

Étiologie

Les cliniciens notent que cette maladie est le plus souvent diagnostiquée chez les hommes, ce qui peut être dû aux coûts de main-d'œuvre, à la consommation excessive de nicotine et d'autres produits du tabac.

L'étiologie de cette maladie est bien connue. Les facteurs prédisposants du processus oncologique sont les suivants:

  • fumeur;
  • consommation excessive d'alcool;
  • la consommation systématique d'aliments gras, épicés, salés et rapides;
  • caractéristiques environnementales du lieu de résidence (situé à proximité des installations industrielles, mauvaise situation environnementale en général);
  • inhalation de substances toxiques;
  • hormonothérapie à long terme;
  • maladie pulmonaire chronique;
  • prédisposition génétique.

Il convient de noter qu'un adénocarcinome pulmonaire modérément différencié peut également se développer chez les personnes ayant des antécédents de tabagisme minimum ou chez celles qui ne fument pas du tout. Avec un système immunitaire affaibli, il suffit d'être un fumeur passif pour être à risque.

Classification

Selon le degré de différenciation, les formes suivantes de la maladie sont distinguées:

  • moyennement différenciée;
  • très différencié;
  • bas grade.

Une forme très différenciée comprend les affections avec formation active de mucus. Pour une forme modérée, le développement d'une structure glandulaire-muqueuse est caractéristique. L'adénocarcinome pulmonaire de bas grade est caractérisé par la présence de cellules polygonales formant du mucus..

En outre, en fonction de l'étendue de la lésion, quatre étapes du développement du processus oncologique sont distinguées:

  • d'abord - il n'y a pas de métastases, la taille de la tumeur ne dépasse pas 3 centimètres;
  • la seconde - la taille de la tumeur atteint 6 centimètres, la présence de métastases dans les ganglions bronchopulmonaires est diagnostiquée;
  • le troisième - la taille de la tumeur est supérieure à 6 centimètres, le processus oncologique capture tout le lobe du poumon;
  • quatrième - le processus tumoral se propage au deuxième poumon, le développement de la pleurésie cancéreuse commence.

Le traitement est plus efficace au premier ou au deuxième stade de la maladie pulmonaire. Si le patient est diagnostiqué avec un quatrième degré de la maladie, il n'est pas du tout question d'une guérison complète. La thérapie dans ce cas vise à soutenir la vie du patient.

Symptomatologie

Au stade initial de développement, la maladie, dans la plupart des cas, est asymptomatique. De plus, le tableau clinique peut différer des signes généraux, selon l'emplacement de la tumeur et le stade de la lésion..

À mesure que la pathologie se développe, les symptômes suivants peuvent apparaître:

  • toux prolongée avec crachats, qui a une odeur désagréable;
  • inconfort et douleur dans la poitrine;
  • manque d'air;
  • température corporelle instable;
  • gonflement du visage et du cou;
  • fatigabilité rapide;
  • perte d'appétit et, par conséquent, une forte perte de masse;
  • enrouement de la voix;
  • hypertrophie des ganglions lymphatiques;
  • pleurésie fréquente.

Si la tumeur se développe rapidement, le patient peut développer une hémorragie pulmonaire. Avec un tel tableau clinique, vous devriez immédiatement consulter un médecin. L'automédication est strictement contre-indiquée.

Diagnostique

Le diagnostic précoce de cette maladie vous permet de guérir presque complètement le patient. Cependant, cela est pratiquement impossible, car au stade initial, la maladie est asymptomatique.

Dans un premier temps, le médecin procède à un examen personnel et vérifie les antécédents médicaux du patient, si l'état de santé le permet. Pour un diagnostic précis, les méthodes de recherche suivantes sont utilisées:

  • TDM et IRM de la poitrine;
  • analyses sanguines générales et biochimiques;
  • cytologie des expectorations;
  • radiographie pulmonaire;
  • fluorographie;
  • biopsie;
  • bronchoscopie;
  • prélèvement de sang pour les marqueurs tumoraux.

Sur la base des résultats des tests, le médecin peut déterminer avec précision la sous-espèce et le stade de développement de ce processus pathologique.

Traitement

Le traitement de l'adénocarcinome pulmonaire n'a de sens qu'aux stades initiaux du processus oncologique. En général, les tactiques de traitement sont choisies en fonction de l'emplacement et du degré de dommages au poumon droit ou gauche.

En règle générale, le traitement du cancer glandulaire peut comprendre les éléments suivants:

  • intervention opérationnelle;
  • radiothérapie;
  • chimiothérapie.

Séparément, le traitement chirurgical doit être mis en évidence. Selon le degré de dommage, l'une des méthodes suivantes est utilisée:

  • segmentectomie - ablation seulement de la partie affectée du poumon;
  • lobectomie - ablation du lobe du poumon;
  • pulmonectomie - ablation d'un organe entier.

En règle générale, le dernier type d'intervention opérable n'est utilisé qu'au troisième, parfois au quatrième stade. Il convient de noter que l'opération n'est pas effectuée si les métastases sont proches de la trachée ou si le patient présente des maladies concomitantes du système cardiovasculaire.

La pharmacothérapie, en tant que type de traitement distinct, avec cette pathologie n'est pas utilisée. En règle générale, le médecin prescrit certains médicaments après la chirurgie afin que le corps du patient se rétablisse le plus rapidement possible. L'utilisation de la médecine traditionnelle, dans ce cas, est hors de question.

Prévoir

Les meilleurs pronostics pour le traitement sont donnés si le patient est diagnostiqué avec une maladie de stade 1-2. L'opération ou l'un des types de thérapie ci-dessus donne des résultats positifs. La survie globale est de 60 à 70%.

Avec une maladie oncologique au troisième stade, les pronostics ne sont pas réconfortants. L'opération peut entraîner une récupération partielle. Selon les statistiques, le taux de survie global à ce stade du cancer est de 20 à 25%.

Le quatrième stade de l'adénocarcinome pulmonaire a des pronostics extrêmement négatifs. L'opération, dans ce cas, n'est pas effectuée. La thérapie vise uniquement à maintenir la vie humaine. Le taux de survie est de 2-3%.

La prévention

Il est beaucoup plus facile de prévenir le cancer du poumon glandulaire que de le traiter. Afin de minimiser le risque de développer ce processus oncologique, les règles de prévention suivantes doivent être appliquées dans la pratique:

  • arrêt complet du tabagisme;
  • éviter un séjour prolongé dans des pièces poussiéreuses et mal ventilées;
  • traitement opportun et approprié des maladies virales;
  • nutrition adéquat;
  • activité physique régulière modérée;
  • éviter tout contact avec des agents cancérigènes dangereux, tels que l'arsenic, le radon, l'amiante, le nickel.

Aussi, il ne faut pas oublier le passage régulier de la fluorographie. Cela aidera à détecter la maladie à un stade précoce, ce qui permet de la guérir complètement. Dès les premiers symptômes, vous devriez consulter un médecin et ne pas être traité indépendamment.

Comment traiter l'adénocarcinome pulmonaire de bas grade (une tumeur maligne) chez les personnes âgées et combien de temps une personne atteinte d'un cancer glandulaire de stade 4 vivra

L'adénocarcinome pulmonaire est une formation maligne provenant de la structure glandulaire des bronches et des alvéoles. Provient le plus souvent des cellules basales des petites bronches et se situe à la périphérie. Chez environ un tiers des patients, la maladie se développe dans les glandes des grosses bronches et se situe dans la partie centrale. La pathologie peut se développer rapidement..

Symptômes et causes

L'adénocarcinome pulmonaire est souvent diagnostiqué chez l'homme. Les femmes sont moins susceptibles de rencontrer cette condition pathologique. Cela est dû principalement au travail dans les industries dangereuses et au tabagisme constant..

De plus, parmi les causes les plus caractéristiques de l'adénocarcinome pulmonaire:

  1. Le développement de la pneumosclérose.
  2. Maladies pulmonaires infectieuses chroniques.
  3. Prédisposition héréditaire.
  4. Vivre dans des zones aux conditions environnementales défavorables: à proximité des entreprises industrielles, des autoroutes.
  5. Long séjour dans des pièces poussiéreuses.
  6. Exposition aux rayonnements ou inhalation continue d'éléments radioactifs volatils, tels que le radon.

Au stade initial de développement, la pathologie ne semble en aucun cas se manifester.

Le patient peut se plaindre de faiblesse, de fatigue chronique, de fatigue accrue, de manque d'appétit et de perte de poids.

À mesure que le cancer se développe, les premiers symptômes apparaissent:

  1. Toux sévère non liée au rhume.
  2. Douleur thoracique lors de la toux dans le dos.
  3. Mucus contre la toux.
  4. L'apparition d'un essoufflement. Initialement seulement après un effort physique, avec du temps et au repos.
  5. Légère augmentation permanente de la température corporelle.
  6. Ganglions lymphatiques hypertrophiés, en particulier sous les aisselles et sous la mâchoire.
  7. Pleurésie.

Au stade avancé de la pathologie, l'apparition de métastases est possible. Les symptômes dépendront de l'organe atteint..

Classement et étapes

Une tumeur maligne des poumons présente différentes caractéristiques distinctives. La systématisation est réalisée par type, structure histologique, forme d'adénocarcinome et degré de lésion de l'organe.

Selon le degré de certitude morphologique dans la structure des cellules, l'adénocarcinome est divisé en:

  1. Très différencié. Une transformation intracellulaire est observée, consistant en un allongement du noyau cellulaire. Les cellules se développent et se divisent activement. Une accumulation de mucus est observée. Le processus peut se produire dans une forme de pathologie papillaire ou acineuse..
  2. Modérément différencié. Des changements marqués dans les structures cellulaires sont observés. Le nombre de cellules atypiques augmente rapidement. Ce type se caractérise par une évolution plus sévère, le risque d'apparition de divers écarts augmente, la présence de métastases est possible.
  3. De bas grade. Cette forme est la plus défavorable, caractérisée par un degré élevé de malignité. Les cellules tumorales se développent rapidement et peuvent se propager à d'autres organes déjà au stade initial de développement.
  4. Bronchoalvéolaire. Les cellules pathologiques affectent les parois des bronches et des alvéoles.

Le développement d'une tumeur maligne des poumons passe par 4 étapes:

1er étage. La formation est petite et située dans les poumons. Pas de métastases.

2 étages. La taille de la tumeur ne dépasse pas 6 cm et se situe dans un segment du poumon ou de la bronche segmentaire. La pénétration des métastases dans les ganglions lymphatiques les plus proches est observée..

3 étages. L'adénocarcinome principal a une taille de plus de 6 cm, les métastases affectent les ganglions lymphatiques, le cancer glandulaire se propage à l'ensemble du lobe pulmonaire.

4 étages. Une tumeur dépasse les frontières d'un secteur; un autre poumon peut être affecté. Les métastases se propagent à d'autres organes. Une pleurésie cancéreuse peut apparaître.

Diagnostic et traitement

L'absence de manifestations externes de la pathologie à un stade précoce de développement rend son identification difficile. Les méthodes les plus efficaces pour diagnostiquer le cancer du poumon comprennent:

  1. Examen de la poitrine et du système respiratoire à l'aide de la TDM et de l'IRM pour évaluer le degré de dommages et identifier les métastases possibles.
  2. Roentgenography.
  3. Bronchoscopie pour évaluer l'état de la trachée.
  4. Test sanguin pour les marqueurs tumoraux.
  5. Biopsie des tissus des bronches et des poumons.
  6. Examen cytologique de la sécrétion pulmonaire.

Dans certains cas, le diagnostic de pathologies oncologiques peut être complété par une échographie des plans pleuraux, une thoracocentèse et une biopsie chauffée.

Le schéma thérapeutique pour les patients atteints de lésions pulmonaires malignes peut comprendre une intervention chirurgicale, une radiothérapie, une chimiothérapie. Le plus souvent, ces méthodes sont appliquées de manière globale. La stratégie de traitement de l'adénocarcinome est en cours d'élaboration par un oncologue sur la base de recherches.

La chirurgie est obligatoire aux stades 1 et 2 du développement de la pathologie. Avec les métastases dans les organes distants, le traitement peut être complété par une chimiothérapie, une radiothérapie. On prescrit au patient des cytostatiques, qui empêchent la division cellulaire et aident à réduire la zone de leur croissance. Si le néoplasme est situé près de la trachée ou si le patient est diagnostiqué avec des pathologies cardiaques sévères, un traitement chirurgical n'est pas possible. Le traitement palliatif est indiqué pour les patients dont le pronostic est le plus défavorable..

Le choix du type d'opération dépend de la taille et de l'emplacement de la tumeur.

Une petite partie du poumon peut être enlevée, ou le lobe entier peut être enlevé; en outre, les ganglions lymphatiques affectés sont excisés.

La rééducation après la chirurgie est difficile, surtout chez les personnes âgées. Au début, le patient peut souffrir d'essoufflement, d'essoufflement et de douleur dans la poitrine..

Prévision et prévention

Avec la forme avancée de la pathologie et un traitement inadéquat, le pronostic de survie est de 10 à 15%. Une thérapie bien organisée peut augmenter cet indicateur à 80-85%. La durée de vie d'une personne atteinte d'un cancer du poumon dépend de la forme de la tumeur, du stade de son développement, de la présence de métastases.

La prévention vise à éliminer les effets des facteurs défavorables. Il est nécessaire de refuser de fumer, pour éviter un séjour prolongé dans des pièces contenant des composés chimiques nocifs. Un mode de vie actif assurera une ventilation naturelle des poumons, améliorera la circulation sanguine et accélérera l'élimination des toxines du corps..

Adénocarcinome pulmonaire: pronostics, stades (1, 2, 3, 4), possibilité de guérison

L'adénocarcinome pulmonaire est une pathologie oncologique sous une forme maligne qui se développe à partir du tissu glandulaire des poumons et des bronches. Il s'agit d'une maladie mortelle qui, en l'absence de traitement qualifié, entraîne la mort. Pour éviter les conséquences désastreuses, le traitement doit être commencé dans les premiers stades de la maladie. Cependant, ce n'est pas toujours possible de le faire, car la pathologie n'a pas de signes caractéristiques. Des examens médicaux réguliers aideront à identifier la maladie..

Les causes

L'adénocarcinome pulmonaire survient pour les raisons suivantes:

  • les dépendances nocives, notamment le tabagisme et l'abus d'alcool;
  • une mauvaise alimentation, dans laquelle une personne en grande quantité consomme de la nourriture salée, grasse, épicée et autre soi-disant malbouffe;
  • vivre dans des régions où la situation environnementale est défavorable;
  • pénétration constante des toxines dans le corps par le système respiratoire;
  • l'utilisation de médicaments à base d'hormones pendant une longue période;
  • pathologie pulmonaire chronique;
  • hérédité.

Classification

La pathologie est classée en fonction du degré de différenciation:

  • forme modérément différenciée - sous cette forme, une structure glandulaire-muqueuse se développe;
  • espèces très différenciées - avec cette pathologie, une formation intense de mucus est observée;
  • forme de bas grade - avec cette forme dans les poumons, il y a des cellules polygonales qui forment du mucus.

Étapes

En pneumologie, plusieurs stades de la maladie sont distingués, en fonction du degré de lésion du système respiratoire:

  • tout d'abord, la pathologie se déroule sans métastases, et les dimensions de la formation ne dépassent pas 3 cm;
  • la deuxième - métastase aux ganglions broncho-pulmonaires se produit, et la taille de la tumeur augmente à 6 cm;
  • le troisième - le cancer se propage dans toute la partie du poumon où se trouve la formation, les dimensions de la tumeur dépassent 6 cm;
  • quatrième étape - l'oncologie affecte les deux organes respiratoires, le pronostic dans ce cas est le plus défavorable.

Symptômes

Le cancer glandulaire du système respiratoire présente les symptômes suivants:

  • toux, dans laquelle la production d'expectorations se produit et une odeur désagréable apparaît de la cavité buccale;
  • il y a une sensation de manque d'oxygène;
  • augmentation de la température corporelle;
  • douleur thoracique;
  • forte perte de poids sans changer le système de nutrition et augmenter l'activité physique;
  • malaise général, faiblesse et somnolence, même après un repos prolongé;
  • gonflement des tissus mous du cou et du visage;
  • l'apparition d'un essoufflement;
  • l'enrouement se produit pendant la conversation;
  • une augmentation de la taille des ganglions lymphatiques sous-maxillaires et axillaires;
  • pleurésie;
  • pneumonie fréquente.

Diagnostique

La maladie ne présente pas toujours des symptômes et, par conséquent, le traitement ne démarre pas à temps. L'absence de signes de pathologie entraîne la progression des maladies. Les stades 3 et 4 ont un pronostic défavorable, il est donc préférable de commencer le traitement aux stades 1 et 2 du développement de l'adénocarcinome pulmonaire. Détecter la pathologie à un stade précoce de développement aidera à des examens médicaux réguliers. Le diagnostic du cancer du poumon glandulaire est effectué à l'aide des méthodes de recherche suivantes:

  • Fluorographie. Une telle étude est recommandée pour être effectuée une fois par an. La fluorographie aide à détecter de nombreuses pathologies pulmonaires, y compris l'adénome et l'adénocarcinome..
  • radiographie L'étude montre tout changement dans les poumons causé par une pathologie..
  • IRM et CT. Ces méthodes aident à déterminer la pathologie et la nature de la maladie..
  • Bronchoscopie: aide à voir visuellement ce qu'est une tumeur, à déterminer l'emplacement de la formation, la frontière et à effectuer des recherches supplémentaires - une biopsie.
  • Biopsie. Aide à déterminer la présence ou l'absence de cancer sous forme maligne.

De plus, le médecin peut prescrire un test sanguin pour les marqueurs tumoraux et un examen cytologique des expectorations sécrétées par les poumons.

Méthodes de traitement

Pour guérir le patient, utilisez une thérapie complexe. Une opération est effectuée, après quoi une chimiothérapie ou une radiothérapie est prescrite. Pour augmenter l'efficacité du traitement, des méthodes alternatives de traitement de la pathologie peuvent également être utilisées..

Intervention chirurgicale

L'intervention chirurgicale est réalisée de trois manières:

  • segmentectomie - amputation d'une partie d'un organe affecté par une maladie;
  • lobectomie - amputation d'une partie d'un organe;
  • pulmonectomie - amputation de tout le côté d'un organe.

Quelle méthode sera utilisée pour déterminer le fonctionnement du médecin, en fonction du stade de la pathologie et des caractéristiques subjectives du patient. L'intervention chirurgicale n'est pas effectuée si le deuxième poumon ne fonctionne pas bien. Dans ce cas, seule l'irradiation est utilisée. Pendant l'opération, non seulement l'amputation des tissus des organes affectés est effectuée, mais également les ganglions lymphatiques qui appartiennent à la poitrine.

Radiothérapie

Un cyber-couteau est utilisé pour effectuer la manipulation. La radiothérapie est basée sur l'irradiation des tissus pulmonaires endommagés sans affecter les cellules saines. Avec l'aide d'un cyber-couteau, l'éducation est affectée à différents points, ce qui vous permet de vous débarrasser de l'éducation.

Chimiothérapie

La chimiothérapie vous permet de vous débarrasser non seulement de la tumeur, mais également des métastases. L'essence de la procédure est l'utilisation de médicaments spéciaux qui tuent les cellules cancéreuses. La chimiothérapie est prescrite avant la chirurgie pour réduire la taille de la formation, ainsi qu'après la chirurgie pour éviter les rechutes.

Méthodes folkloriques

Pour augmenter l'efficacité de la thérapie, il est recommandé de prendre du thé à base d'herbes médicinales. Pour préparer le produit, prenez:

  • graines de lin - 1 partie;
  • camomille - 1 partie;
  • ortie - 1 partie;
  • fleur de pommier - 1 partie;
  • couleur orange - 1 partie;
  • feuilles écarlates séchées - 1 partie;
  • eau - 200 ml;
  • couteau - 1 petite cuillère.

Toutes les plantes sont mélangées et 1 grande cuillère est séparée de la masse résultante. La collection est versée avec de l'eau bouillante et laissée infuser pendant 10 minutes. Buvez à la place du thé en ajoutant une cuillerée de miel.

Prévision et prévention

Le pourcentage de survie des patients dépend de plusieurs facteurs:

  • stades de la pathologie;
  • caractéristiques individuelles du patient;
  • lieu de l'éducation;
  • réactions du corps à la thérapie en cours.

Le pronostic le plus défavorable pour 4 stades d'adénocarcinome pulmonaire. Dans ce cas, la chirurgie n'est pas effectuée et la thérapie ne vise pas à se débarrasser de la pathologie, mais à maintenir la vie du patient. Si le traitement est effectué aux étapes 1-2, alors le taux de survie est de 60 à 70%. Au stade 3, une espérance de vie de 5 ans est observée chez 10% des patients. Avec une intervention chirurgicale approfondie, la survie est augmentée jusqu'à 30%.

Les mesures préventives suivantes vous permettront d'éviter l'adénocarcinome pulmonaire:

  • un mode de vie sain - un rejet complet de l'abus de tabac et d'alcool;
  • aération régulière de la pièce;
  • traitement approprié des pathologies virales aux premiers stades de l'infection;
  • absence de contact avec des composés chimiques nocifs ou respect des règles de sécurité en contact avec eux;
  • respect des principes d'une bonne nutrition.

Toute maladie est plus facile à prévenir qu'à guérir. L'adénocarcinome pulmonaire ne fait pas exception. Un mode de vie sain et des examens médicaux réguliers aideront à éviter la pathologie ou à diagnostiquer la maladie au stade initial de développement, ce qui facilitera grandement le traitement.

Cancer du poumon: classification, causes, symptômes, diagnostic, traitement

Le cancer du poumon est une tumeur maligne qui se développe à partir de l'épithélium des bronches, des glandes bronchiques ou des alvéoles.

Le carcinome pulmonaire occupe la 1ère place parmi les néoplasmes malins chez l'homme (17,6%) et seulement la 10ème place (3,8%) chez la femme. La survie à un an est de l'ordre de 50%, donc un diagnostic précoce et un traitement de qualité sont cruciaux pour un bon pronostic.

Contenu:

Classification du cancer du poumon

La classification clinique du cancer du poumon est basée sur la localisation du foyer tumoral:

  1. Le cancer du poumon central est caractérisé par des dommages aux parties basales du poumon, affecte les bronches de gros calibre (principal et lobaire). Cela conduit à un rétrécissement de la lumière des bronches, à une violation de sa fonction de drainage et, par conséquent, à l'effondrement du tissu pulmonaire (atélectasie). L'atélectasie est souvent compliquée par une pneumonie, qui peut masquer et compliquer le diagnostic d'une tumeur..
  2. Le cancer du poumon périphérique est caractérisé par des lésions des bronches segmentaires, des bronchioles terminales et des alvéoles. Elle se développe assez lentement et asymptomatiquement, elle n'est souvent diagnostiquée que par un examen aléatoire ou aux stades ultérieurs lorsque la tumeur se propage au-delà du poumon.

La classification histologique est basée sur le type de cellules à partir desquelles la tumeur est construite:

  1. Le carcinome épidermoïde se développe à partir de l'épithélium pavimenteux métaplasique à la suite d'une irritation chronique de la muqueuse bronchique avec de la fumée, de la poussière ou des résines.
  2. Carcinome à petites cellules ou carcinome neuroendocrinien.
  3. Cancer adénogénique (l'adénocarcinome se développe à partir de l'épithélium glandulaire).
  4. Le cancer à grandes cellules se développe à partir des cellules bronchiques sous-segmentaires.

Chaque option histologique a ses propres caractéristiques, pronostic, présentation clinique et approches de traitement..

Causes du cancer du poumon

Parmi les causes du cancer du poumon figurent:

  • Le tabagisme (actif et passif) est la principale cause confirmée de manière fiable du cancer du poumon. On sait qu'en fumant, plus de 40 cancérogènes différents pénètrent dans l'organisme. Le risque de développer un cancer du poumon est 11 fois plus élevé chez les fumeurs que chez les non-fumeurs.
  • Exposition professionnelle nocive: contact avec la poussière d'amiante, les métaux lourds et les pesticides.
  • La pollution de l'air.
  • Prédisposition génétique (en présence de proches parents de cancer du poumon, le risque de morbidité augmente fortement).
  • État général d'une personne. Les hommes de plus de 40 à 45 ans atteints de maladies pulmonaires concomitantes (bronchite chronique, MPOC, pneumonie prolongée, pneumosclérose focale et diffuse ou tuberculose) sont particulièrement susceptibles de développer un carcinome pulmonaire.

Trois stades se distinguent dans la pathogenèse du cancer pulmonaire. Au premier stade, le cancérogène agit sur l'ADN des cellules épithéliales, altérant et réorganisant son génome, ce qui conduit à la formation d'une cellule cancéreuse. Au deuxième stade, après une deuxième rencontre avec un facteur provoquant, la cellule modifiée est activée et commence à se multiplier de façon incontrôlable, formant un nœud tumoral. Au troisième stade, la tumeur se propage aux structures voisines: plèvre, médiastin, péricarde - acquiert la capacité de métastaser.

Symptômes du cancer du poumon

Les manifestations de la maladie dépendent de la forme clinique, de la taille de la tumeur et de la nature de la croissance, ainsi que de la présence de métastases. Les symptômes courants (non spécifiques) du cancer du poumon dus à l'intoxication par le cancer sont:

  • perte d'appétit et perte de poids rapide (cachexie);
  • condition subfébrile prolongée (augmentation persistante de la température corporelle);
  • fatigue et faiblesse.

Les principaux symptômes du cancer du poumon dus à la croissance du nœud tumoral primaire:

  • toux sèche;
  • hémoptysie, hémorragie pulmonaire rarement abondante;
  • respiration rapide et laborieuse;
  • douleur derrière le sternum, aggravée par la toux.

Symptômes secondaires du cancer du poumon associés à la propagation d'une tumeur aux structures voisines et aux métastases:

  • enrouement croissant de la voix avec une tumeur du nerf récurrent;
  • violation de la déglutition (dysphagie) avec des dommages à l'œsophage;
  • gonflement du visage, gonflement des veines du cou, associé à la germination de la veine cave supérieure;
  • une augmentation de la taille des ganglions lymphatiques cervicaux et supraclaviculaires;
  • douleur osseuse
  • jaunissement de la peau et douleur dans l'hypochondre droit avec métastases hépatiques;
  • douleur dans la région lombaire et apparition de sang dans l'urine avec atteinte rénale;
  • maux de tête, troubles mentaux, symptômes focaux dans les métastases cérébrales.

Symptômes rares du cancer du poumon, causés par une réaction non spécifique du corps aux substances biologiquement actives produites par la tumeur (hormones et neurotransmetteurs). Il s'agit notamment du syndrome de Cushing, une augmentation de l'ESR.

Diagnostic du cancer du poumon

Le diagnostic est basé sur une histoire correcte et complète. Les plaintes sont clarifiées, la durée de la maladie, des informations sont collectées sur les maladies concomitantes et sur les maladies pulmonaires antérieures, sur la présence de mauvaises habitudes, sur les conditions de travail, les risques domestiques et professionnels, les maladies oncologiques dans la famille sont révélées.

La prochaine étape du diagnostic est un examen objectif, qui consiste en un examen externe, une palpation des ganglions lymphatiques et une auscultation des poumons. En présence de symptômes cliniques suggérant que le patient a un cancer du poumon, des méthodes d'examen spéciales (invasives et non invasives) sont prescrites.

Méthodes de diagnostic non invasives - il s'agit d'une radiographie du thorax, d'une TDM et d'une IRM, d'une échographie. Les méthodes invasives sont la trachéobronchoscopie (examen de l'arbre bronchique - le cancer central est bien visualisé), la thoracoscopie (examen de la cavité pleurale - le cancer périphérique est bien visualisé), la médiastinoscopie est utilisée pour examiner les ganglions lymphatiques du médiastin antérieur, la thoracotomie diagnostique est la dernière méthode pour diagnostiquer la prévalence de la tumeur avec d'autres inefficacités, la ponction La biopsie tumorale est une procédure obligatoire pour toutes les méthodes de recherche invasives..

Une biopsie tumorale vous permet d'établir une version histologique du cancer du poumon, nécessaire pour déterminer le pronostic et les tactiques de traitement.

Traitement du cancer du poumon

Le volume des mesures de traitement pour chaque patient est sélectionné individuellement et dépend de l'état général du patient, de la présence de maladies concomitantes, des formes anatomiques et morphologiques cliniques de la tumeur et du stade du processus (caractérisé par la taille de la tumeur, la présence de métastases, les dommages aux structures voisines).

Le principal traitement du cancer du poumon est chirurgical. Cependant, elle n'est pas réalisée dans tous les cas. L'opération est prescrite principalement pour le cancer du poumon nodulaire, à condition que la tumeur ne se propage pas aux autres organes. Avec le cancer du poumon diffus, la chirurgie est rare.

La taille de la tumeur et son emplacement détermineront le volume de l'opération. Il existe trois principaux types de chirurgie du cancer du poumon:

  • lobectomie - ablation du lobe du poumon;
  • pulmonectomie - ablation d'un poumon entier;
  • résection cunéiforme - ablation d'un segment ou de segments du poumon.

La chimiothérapie utilisant des médicaments antitumoraux qui détruisent les cellules tumorales est réalisée chez les patients présentant des lésions métastatiques. Différents types histologiques de cancer du poumon ont leur sensibilité à la chimiothérapie - le cancer à petites cellules est très sensible à la chimiothérapie, au contraire, le carcinome épidermoïde et l'adénocarcinome sont moins sensibles. La chimiothérapie peut être utilisée avant la chirurgie pour réduire la taille de la tumeur; après la chirurgie pour prévenir les rechutes et comme soins palliatifs pour atténuer les symptômes si un traitement chirurgical n'est pas possible.

La radiothérapie peut être prescrite pour le traitement du cancer du poumon à petites cellules aux premiers stades (après ou simultanément avec la chimiothérapie).

Pour le traitement du cancer du poumon, une thérapie ciblée a récemment été largement utilisée - traitement avec des médicaments hautement spécifiques (Erlotinib, B-Mab, Gefitinib) qui bloquent la reproduction et le fonctionnement des seules cellules tumorales, sans affecter les tissus sains, ce qui évite presque complètement les effets secondaires.

La prévention du cancer du poumon devrait viser à:

  • lutter contre les mauvaises habitudes (arrêter de fumer ou réduire le nombre de cigarettes fumées);
  • contrôle de la pollution;
  • l'utilisation d'équipements de protection individuelle dans les industries dangereuses;
  • études fluorographiques préventives des poumons dans le but de diagnostiquer précocement le cancer du poumon et d'augmenter l'efficacité du traitement.