Image

Thromboembolie pulmonaire (embolie pulmonaire) - causes, diagnostic, traitement

Le site fournit des informations de référence à titre informatif uniquement. Le diagnostic et le traitement des maladies doivent être effectués sous la supervision d'un spécialiste. Tous les médicaments ont des contre-indications. Consultation d'un spécialiste requise!

Le concept d'embolie pulmonaire

Fréquence de développement et mortalité par embolie pulmonaire

Aujourd'hui, l'embolie pulmonaire est considérée comme une complication de certaines maladies somatiques, conditions postopératoires et post-partum. La mortalité due à cette complication sévère est très élevée et se classe au troisième rang des causes de décès les plus courantes dans la population, laissant la place aux deux premières positions en pathologies cardiovasculaires et oncologiques..

Actuellement, les cas d'embolie pulmonaire sont devenus plus fréquents dans les cas suivants:

  • dans le contexte d'une pathologie sévère;
  • à la suite d'une intervention chirurgicale complexe;
  • après la blessure.

La thromboembolie pulmonaire est une pathologie avec une évolution extrêmement sévère, un grand nombre de symptômes hétérogènes, un risque élevé de décès du patient et également avec un diagnostic difficile en temps opportun. Les données d'autopsie (autopsie post mortem) ont montré que la thromboembolie pulmonaire n'était pas diagnostiquée rapidement chez 50 à 80% des personnes décédées pour cette raison. Étant donné que l'embolie pulmonaire progresse rapidement, il devient clair l'importance d'un diagnostic rapide et approprié et, par conséquent, d'un traitement adéquat qui peut sauver la vie d'une personne. Si la thromboembolie pulmonaire n'a pas été diagnostiquée, la mortalité due à l'absence de traitement adéquat est d'environ 40 à 50% des patients. La mortalité chez les patients atteints d'embolie pulmonaire recevant un traitement adéquat à temps n'est que de 10%.

Causes d'embolie pulmonaire

La cause commune de toutes les variantes et types d'embolie pulmonaire est la formation de caillots sanguins dans des vaisseaux de différents emplacements et tailles. De tels caillots sanguins se détachent et pénètrent ensuite dans les artères pulmonaires, les obstruent et arrêtent le flux sanguin au-delà de cette zone.

La maladie la plus courante entraînant une embolie pulmonaire est la thrombose veineuse profonde. La thrombose veineuse des jambes est assez courante, et le manque de traitement adéquat et le diagnostic correct de cette condition pathologique augmentent considérablement le risque de développer une embolie pulmonaire. Ainsi, une embolie pulmonaire se développe chez 40 à 50% des patients atteints de thrombose des veines fémorales. Toute intervention chirurgicale peut également être compliquée par le développement d'une embolie pulmonaire.

Facteurs de risque de thromboembolie pulmonaire

Classification de la thromboembolie pulmonaire

La thromboembolie pulmonaire a de nombreuses options pour le cours, les manifestations, la gravité des symptômes, etc. Par conséquent, la classification de cette pathologie est basée sur divers facteurs:

  • lieu de blocage du navire;
  • la taille du navire bouché;
  • volume des artères pulmonaires, dont l'approvisionnement en sang a cessé à la suite d'une embolie;
  • le cours d'une condition pathologique;
  • symptômes les plus graves.

La classification moderne de l'embolie pulmonaire comprend tous les indicateurs ci-dessus, qui déterminent sa gravité, ainsi que les principes et les tactiques de la thérapie nécessaire. Tout d'abord, l'évolution de l'embolie pulmonaire peut être aiguë, chronique et récurrente. Selon le volume des vaisseaux affectés, l'embolie pulmonaire est divisée en massive et non massive.
La classification de l'embolie pulmonaire en fonction de l'emplacement du thrombus est basée sur le niveau des artères affectées et contient trois types principaux:
1. Embolie au niveau des artères segmentaires.
2. Embolie au niveau des artères lobaires et intermédiaires.
3. Embolie au niveau des artères pulmonaires principales et du tronc pulmonaire.

La division de l'embolie pulmonaire, selon le niveau de localisation sous une forme simplifiée, en obstruction de petites ou grandes branches de l'artère pulmonaire est répandue.
De plus, selon l'emplacement du thrombus, les côtés de la lésion sont distingués:

  • droite;
  • la gauche;
  • des deux côtés.

Selon les caractéristiques de la clinique (symptômes), la thromboembolie pulmonaire est divisée en trois types:
I. Pneumonie de crise cardiaque - est une thromboembolie de petites branches de l'artère pulmonaire. Se manifeste par un essoufflement, aggravé en position verticale, une hémoptysie, une fréquence cardiaque élevée, ainsi que des douleurs thoraciques.
II. Coeur pulmonaire aigu - est une thromboembolie de grandes branches de l'artère pulmonaire. Manifesté par un essoufflement, une pression artérielle basse, un choc cardiogénique, une douleur angorique.
III. Essoufflement non motivé - est une embolie pulmonaire récurrente de petites branches. Manifesté par un essoufflement, des symptômes cardiaques pulmonaires chroniques.

Gravité de la thromboembolie pulmonaire

La gravité de l'embolie pulmonaireIndex angiographique, scoreDéficit de perfusion,%
J'allumemoins de 16moins de 29
II - moyen17-2130-44
III - lourd22-2645-59
IV - extrêmement difficileplus de 27plus de 60

La gravité de l'embolie pulmonaire dépend également du volume des troubles normaux du flux sanguin (hémodynamique).
Les indicateurs suivants sont utilisés comme indicateurs reflétant la gravité des troubles de la circulation sanguine:
  • pression ventriculaire droite;
  • pression artérielle pulmonaire.

Le degré de perturbation de l'apport sanguin pulmonaire dans la thromboembolie pulmonaire
artères

Le degré de débit sanguin altéré en fonction des valeurs de la pression ventriculaire dans le cœur et le tronc pulmonaire est présenté dans le tableau.

Pression à droite
ventricule, mmHg.
Degré de violation
circulation sanguine (hémodynamique)
Pression dans
aorte, mmHg.
Pression pulmonaire
baril, mmHg.
SystoliqueFin diastolique
Aucune violation,
soit mineur
Plus de 100Moins de 25Moins de 40Moins de 10
Violations modéréesplus de 10025-3440-5910-14
Très prononcéeMoins que 100Plus de 34Plus de 60Plus de 15

Symptômes de divers types de thromboembolie pulmonaire

Afin de diagnostiquer en temps opportun l'embolie pulmonaire, il est nécessaire de comprendre clairement les symptômes de la maladie, ainsi que de se méfier du développement de cette pathologie. Le tableau clinique de l'embolie pulmonaire est très divers, car il est déterminé par la gravité de la maladie, le taux de développement de changements irréversibles dans les poumons, ainsi que les signes de la maladie sous-jacente qui a conduit au développement de cette complication.

Commun pour toutes les variantes des signes de thromboembolie pulmonaire (requis):

  • essoufflement, se développant soudainement, pour une raison quelconque;
  • une augmentation de la fréquence cardiaque de plus de 100 par minute;
  • peau pâle avec une teinte grise;
  • douleurs localisées dans diverses parties de la poitrine;
  • violation de la motilité intestinale;
  • irritation du péritoine (paroi abdominale tendue, douleur lors de la sensation de l'abdomen);
  • apport sanguin aigu aux veines du cou et du plexus solaire avec une pulsation aortique bombée;
  • souffle au coeur;
  • pression artérielle très basse.

Ces signes sont toujours détectés avec une embolie pulmonaire, cependant, aucun d'entre eux n'est spécifique..

Les symptômes suivants (facultatifs) peuvent se développer:

  • hémoptysie;
  • fièvre;
  • douleur thoracique;
  • liquide dans la cavité thoracique;
  • évanouissement;
  • vomissement
  • coma;
  • activité convulsive.

Caractérisation des symptômes de l'embolie pulmonaire

Examinez plus en détail les caractéristiques de ces symptômes (obligatoires et facultatives). L'essoufflement se développe soudainement, sans aucun signe préliminaire, et il n'y a pas de raison évidente à l'apparition d'un symptôme alarmant. La dyspnée survient par inhalation, sonne doucement, avec une teinte bruissante, et est constamment présente. En plus de l'essoufflement, la thromboembolie pulmonaire s'accompagne constamment d'une augmentation de la fréquence cardiaque à partir de 100 battements par minute et plus. La pression artérielle chute considérablement et le degré de diminution est inversement proportionnel à la gravité de la maladie. Autrement dit, plus la pression artérielle est basse, plus les changements pathologiques causés par l'embolie pulmonaire sont massifs.

Les sensations de douleur sont caractérisées par un polymorphisme important et dépendent de la gravité de la thromboembolie, du volume des vaisseaux affectés et du degré de troubles pathologiques généraux dans le corps. Par exemple, une obstruction du tronc de l'artère pulmonaire lors d'une embolie pulmonaire entraînera le développement d'une douleur derrière le sternum, qui est aiguë, de nature déchirante. Cette manifestation du syndrome douloureux est déterminée par la compression des nerfs dans la paroi du vaisseau obstrué. Une autre option pour la douleur dans l'embolie pulmonaire est similaire à l'angine de poitrine, lorsqu'une douleur compressive et diffuse se développe dans la région du cœur qui peut irradier vers le bras, l'omoplate, etc. Avec le développement de complications de l'embolie pulmonaire sous forme d'infarctus pulmonaire, la douleur est localisée dans toute la poitrine et s'intensifie lors des mouvements (éternuements, toux, respiration profonde). Plus rarement, la douleur avec thromboembolie est localisée à droite sous les côtes, dans le foie.

L'insuffisance circulatoire, se développant lors d'une thromboembolie, peut provoquer le développement d'un hoquet douloureux, une parésie intestinale, une tension de la paroi abdominale antérieure, ainsi qu'un bombement de grosses veines superficielles d'un grand cercle de circulation sanguine (cou, jambes, etc.). La peau acquiert une couleur pâle et des reflets gris ou cendrés peuvent se développer, les lèvres bleues sont attachées moins souvent (principalement avec une thromboembolie pulmonaire massive).

Dans certains cas, vous pouvez écouter un souffle cardiaque dans la systole, ainsi que détecter une arythmie galopante. Avec le développement de l'infarctus pulmonaire, en tant que complications de l'embolie pulmonaire, une hémoptysie peut être observée chez environ 1/3 - 1/2 patients, en combinaison avec une douleur aiguë dans la poitrine et une forte fièvre. La température dure de plusieurs jours à une semaine et demie.

Une thromboembolie pulmonaire sévère (massive) s'accompagne d'un accident vasculaire cérébral avec des symptômes d'origine centrale - évanouissement, vertiges, convulsions, hoquet ou coma.

Dans certains cas, les symptômes causés par une insuffisance rénale aiguë sont associés à des troubles causés par une embolie pulmonaire.

Les symptômes décrits ci-dessus ne sont pas spécifiques à l'embolie pulmonaire, par conséquent, pour poser un diagnostic correct, il est important de collecter toute l'histoire de la maladie, en accordant une attention particulière à la présence de pathologies conduisant à une thrombose vasculaire. Cependant, l'embolie pulmonaire s'accompagne nécessairement du développement d'un essoufflement, d'une augmentation du rythme cardiaque (tachycardie), d'une augmentation de la respiration, de douleurs dans la poitrine. Si ces quatre symptômes sont absents, la personne n'a pas de thromboembolie pulmonaire. Tous les autres symptômes doivent être considérés dans leur ensemble, en tenant compte de la présence d'une thrombose veineuse profonde ou d'une crise cardiaque, ce qui devrait mettre le médecin et les proches parents du patient en position de prudence concernant le risque relativement élevé d'embolie pulmonaire.

Complications de la thromboembolie pulmonaire

Les principales complications de l'embolie pulmonaire sont les suivantes:

  • infarctus pulmonaire;
  • embolie paradoxale des vaisseaux sanguins du grand cercle;
  • augmentation chronique de la pression dans les vaisseaux des poumons.

Il ne faut pas oublier qu'un traitement rapide et adéquat minimisera le risque de complications..

La thromboembolie pulmonaire provoque de graves modifications pathologiques, entraînant une invalidité et des troubles graves du fonctionnement des organes et des systèmes.

Les principales pathologies se développant à la suite d'une embolie pulmonaire:

  • infarctus pulmonaire;
  • pleurésie;
  • pneumonie;
  • abcès pulmonaire
  • empyème;
  • pneumothorax;
  • insuffisance rénale aiguë.

Le blocage de gros vaisseaux pulmonaires (segmentaires et lobaires) à la suite du développement d'une embolie pulmonaire conduit souvent à un infarctus pulmonaire. En moyenne, l'infarctus pulmonaire se développe dans les 2 à 3 jours suivant le moment de l'obstruction du vaisseau par un caillot sanguin.

L'infarctus pulmonaire complique l'embolie pulmonaire avec une combinaison de plusieurs facteurs:

  • navire bouché;
  • diminution de l'apport sanguin au site pulmonaire en raison d'une diminution de l'arbre bronchique;
  • violations du passage normal d'un jet d'air à travers les bronches;
  • la présence d'une pathologie cardiovasculaire (insuffisance cardiaque, sténose valvulaire mitrale);
  • la présence d'une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC).

Les symptômes typiques de cette complication de l'embolie pulmonaire sont les suivants:
  • douleur thoracique aiguë;
  • hémoptysie;
  • dyspnée;
  • rythme cardiaque augmenté;
  • son clair lors de la respiration (crepitus);
  • une respiration sifflante est humide sur la zone affectée du poumon;
  • fièvre.

La douleur et le crépitus se développent à la suite de la transpiration du liquide des poumons, et ces phénomènes deviennent plus prononcés lors des mouvements (toux, respiration profonde ou expiration). Le liquide se dissout progressivement, tandis que la douleur et le crépitus diminuent. Cependant, une situation différente peut se développer: une exposition prolongée au liquide dans la cavité thoracique entraîne une inflammation du diaphragme, puis des douleurs abdominales aiguës se joignent.

La pleurésie (inflammation de la plèvre) est une complication de l'infarctus pulmonaire, qui est causé par la transpiration du liquide pathologique de la zone affectée de l'organe. La quantité de liquide de transpiration est généralement faible, mais suffisante pour impliquer la plèvre dans le processus inflammatoire.

Dans un poumon dans la zone de développement d'une crise cardiaque, le tissu affecté subit une décomposition avec la formation d'un abcès (abcès), évoluant en une grande caverne (cavité) ou empyème pleural. Un tel abcès peut être ouvert et son contenu, composé de produits de dégradation des tissus, pénètre dans la cavité pleurale ou dans la lumière de la bronche, à travers laquelle il est retiré vers l'extérieur. Si l'embolie pulmonaire a été précédée de la présence d'une infection chronique des bronches ou des poumons, la zone de dommages due à l'infarctus du myocarde.

Un pneumothorax, un empyème ou un abcès se développent assez rarement après un infarctus pulmonaire causé par une embolie pulmonaire.

Pathogenèse de la thromboembolie pulmonaire

L'ensemble des processus qui se produisent lors d'un blocage d'un vaisseau par un thrombus, la direction de leur développement, ainsi que les résultats possibles, y compris les complications, sont appelés pathogenèse. Examinons plus en détail la pathogenèse de l'embolie pulmonaire.

Le blocage des vaisseaux pulmonaires entraîne le développement de divers troubles respiratoires et une pathologie de la circulation sanguine. L'arrêt de l'apport sanguin au site pulmonaire se produit en raison d'un blocage du vaisseau. En raison d'un blocage par un caillot de sang, le sang ne peut pas dépasser cette partie du vaisseau. Par conséquent, tous les poumons laissés sans apport sanguin forment ce que l'on appelle «l'espace mort». La zone entière de "l'espace mort" du poumon diminue et la lumière des bronches correspondantes est considérablement rétrécie. Le dysfonctionnement forcé avec violation de la nutrition normale des organes respiratoires est exacerbé par une diminution de la synthèse d'une substance spéciale - un surfactant qui soutient les alvéoles pulmonaires dans un état non en décomposition. Violation de la ventilation, de la nutrition et d'une petite quantité de surfactant - tous ces facteurs sont essentiels au développement de l'atélectasie pulmonaire, qui peut se former pleinement dans les 1-2 jours après l'embolie pulmonaire.

Le blocage de l'artère pulmonaire réduit également de manière significative la zone des vaisseaux normaux fonctionnant activement. De plus, de petits caillots sanguins obstruent les petits vaisseaux et les grandes et grandes branches de l'artère pulmonaire. Ce phénomène entraîne une augmentation de la pression de travail dans le petit cercle, ainsi que le développement d'une insuffisance cardiaque par le type de cœur pulmonaire..

Souvent, les effets des mécanismes de régulation réflexes et neurohumoraux s'ajoutent aux conséquences immédiates du blocage vasculaire. L'ensemble du complexe de facteurs conduit ensemble au développement de troubles cardiovasculaires graves qui ne correspondent pas au volume des vaisseaux affectés. Ces mécanismes réflexes et humoraux d'autorégulation comprennent tout d'abord un rétrécissement marqué des vaisseaux sanguins sous l'action de substances biologiquement actives (sérotonine, thromboxane, histamine).

La thrombose dans les veines des jambes se développe sur la base de la présence de trois facteurs principaux combinés en un complexe appelé «Triade de Virchow».

La Triade Virchow comprend:

  • une section de la paroi intérieure endommagée du navire;
  • diminution du flux sanguin dans les veines;
  • syndrome de coagulation.

Ces composants entraînent une formation excessive de caillots sanguins, ce qui peut entraîner une embolie pulmonaire. Le plus grand danger réside dans les caillots sanguins mal attachés à la paroi vasculaire, c'est-à-dire.

Suffisamment de caillots sanguins "frais" dans les vaisseaux pulmonaires peuvent être soumis à la dissolution, et avec peu d'effort. Cette dissolution du thrombus (lyse), en règle générale, commence à partir du moment de sa fixation dans le vaisseau avec blocage de ce dernier, et ce processus se déroule en une demi à deux semaines. À mesure que le thrombus est résorbé et que l'apport sanguin normal à la région pulmonaire est rétabli, l'organe est rétabli. Autrement dit, une récupération complète est possible avec la restauration des fonctions de l'organe respiratoire après la thromboembolie de l'artère pulmonaire.

Embolie pulmonaire récurrente - obstruction de petites branches de l'artère pulmonaire.

Malheureusement, l'embolie pulmonaire peut se reproduire plusieurs fois au cours de la vie. De tels épisodes récurrents de cette condition pathologique sont appelés embolie pulmonaire récurrente. Les rechutes d'embolie pulmonaire sont affectées par 10 à 30% des patients qui ont déjà souffert de cette pathologie. En règle générale, une personne peut tolérer un nombre différent d'épisodes d'embolie pulmonaire, allant de 2 à 20. Un grand nombre d'épisodes d'embolie pulmonaire sont généralement représentés par le blocage de petites branches de l'artère pulmonaire. Ainsi, la forme récurrente de l'évolution de l'embolie pulmonaire obstrue morphologiquement précisément les petites branches de l'artère pulmonaire. De tels épisodes de blocage de petits vaisseaux entraînent généralement une embolisation de grandes branches de l'artère pulmonaire, qui forme une embolie pulmonaire massive.

Le développement d'une embolie pulmonaire récurrente est facilité par la présence de maladies chroniques des systèmes cardiovasculaire et respiratoire, ainsi que de pathologies oncologiques et d'interventions chirurgicales sur les organes abdominaux. L'embolie pulmonaire récurrente n'a généralement pas de signes cliniques clairs, ce qui provoque son évolution effacée. Par conséquent, cette condition est rarement correctement diagnostiquée, car dans la plupart des cas, les signes non exprimés sont confondus avec les symptômes d'autres maladies. Ainsi, la thromboembolie pulmonaire récurrente est difficile à diagnostiquer..

L'embolie pulmonaire récurrente la plus courante est masquée par un certain nombre d'autres maladies. Typiquement, cette pathologie s'exprime dans les conditions suivantes:

  • pneumonie récurrente qui survient pour une raison inconnue;
  • pleurésie coulant pendant plusieurs jours;
  • des évanouissements;
  • effondrement cardiovasculaire;
  • crises d'asthme;
  • rythme cardiaque augmenté;
  • respiration difficile;
  • température élevée, qui n'est pas éliminée par les médicaments antibactériens;
  • insuffisance cardiaque sans maladie cardiaque ou pulmonaire chronique.

L'embolie pulmonaire récurrente entraîne le développement des complications suivantes:
  • pneumosclérose (remplacement du tissu pulmonaire par du tissu conjonctif);
  • emphysème;
  • augmentation de la pression dans la circulation pulmonaire (hypertension pulmonaire);
  • insuffisance cardiaque.

La thromboembolie pulmonaire récurrente est dangereuse car un autre épisode peut survenir avec une issue fatale soudaine..

Diagnostic de l'embolie pulmonaire

Le diagnostic d'embolie pulmonaire est assez difficile. Pour soupçonner cette maladie particulière, il faut garder à l'esprit la possibilité de son développement. Par conséquent, vous devez toujours faire attention aux facteurs de risque prédisposant au développement d'une embolie pulmonaire. Un interrogatoire détaillé du patient est une nécessité vitale, car une indication de la présence de crises cardiaques, d'opérations ou de thrombose aidera à déterminer correctement la cause de l'embolie pulmonaire et la zone d'où le thrombus qui a bloqué le vaisseau pulmonaire a été amené.
Tous les autres examens effectués pour identifier ou exclure une embolie pulmonaire sont divisés en deux catégories:

  • obligatoires, qui sont prescrits à tous les patients ayant un diagnostic présumé d'embolie pulmonaire pour le confirmer (ECG, radiographie, échocardiographie, scintigraphie pulmonaire, échographie des veines des jambes);
  • supplémentaires, qui sont effectuées si nécessaire (angiopulmonographie, iléocavographie, pression dans les ventricules, les oreillettes et l'artère pulmonaire).

Tenir compte de la valeur et du contenu informatif de diverses méthodes de diagnostic pour détecter l'embolie pulmonaire.

Parmi les indicateurs de laboratoire, avec embolie pulmonaire, les valeurs suivantes changent:

  • augmentation de la concentration de bilirubine;
  • une augmentation du nombre total de leucocytes (leucocytose);
  • une augmentation de la vitesse de sédimentation des érythrocytes (ESR);
  • augmentation de la concentration des produits de dégradation du fibrinogène dans le plasma sanguin (principalement les D-dimères).

Dans le diagnostic de thromboembolie, le développement de divers syndromes radiologiques reflétant des lésions vasculaires d'un certain niveau doit être pris en compte. La fréquence de certains signes radiologiques en fonction des différents niveaux de blocage des vaisseaux pulmonaires avec embolie pulmonaire est présentée dans le tableau.

Syndromes radiologiquesEmplacement du thrombus
Le tronc, les principales branches du poumon
artères
Branches fractionnaires et segmentaires
artère pulmonaire
Symptôme de Westermark,%5.21,9
Dôme de haut standing
ouverture%
16,714,5
Coeur pulmonaire%15,61,9
Racines pulmonaires étendues,%16,63.8
Le liquide dans la cavité thoracique,%8.114,6
Foyers d'atélectasie,%3,17.6

Ainsi, les changements radiologiques sont assez rares et ne sont pas strictement spécifiques, c'est-à-dire caractéristiques de l'EP; Par conséquent, la radiographie dans le diagnostic de l'embolie pulmonaire ne permet pas un diagnostic correct, mais elle peut aider à distinguer la maladie des autres pathologies présentant les mêmes symptômes (par exemple, pneumonie croupeuse, pneumothorax, pleurésie, péricardite, anévrisme aortique).

Une méthode informative pour diagnostiquer l'embolie pulmonaire est un électrocardiogramme, et les modifications qui y sont apportées reflètent la gravité de la maladie. La combinaison d'une image ECG spécifique avec des antécédents médicaux vous permet de diagnostiquer l'embolie pulmonaire avec une grande précision.

L'échocardiographie aidera à déterminer l'emplacement exact dans le cœur, la forme, la taille et le volume du caillot sanguin à l'origine de l'embolie pulmonaire..

La méthode de scintigraphie de perfusion pulmonaire révèle un large éventail de critères de diagnostic, de sorte que cette étude peut être utilisée comme test de dépistage pour détecter l'embolie pulmonaire. La scintigraphie vous permet d'obtenir une "image" des vaisseaux sanguins des poumons, qui a clairement délimité les zones de troubles circulatoires, mais l'emplacement exact de l'artère obstruée ne peut pas être déterminé. Malheureusement, la scintigraphie n'a une valeur diagnostique relativement élevée que pour confirmer l'embolie pulmonaire causée par le blocage de grandes branches de l'artère pulmonaire. L'embolie pulmonaire associée au blocage de petites branches de l'artère pulmonaire n'est pas détectée par scintigraphie.

Pour diagnostiquer une embolie pulmonaire avec une plus grande précision, il est nécessaire de comparer les données de plusieurs méthodes d'examen, par exemple, les résultats de la scintigraphie et des rayons X, ainsi que de prendre en compte des données anamnestiques indiquant la présence ou l'absence de maladies thrombotiques.

L'angiographie est la méthode de diagnostic la plus fiable, spécifique et sensible pour l'embolie pulmonaire. Visuellement, un vaisseau vide est détecté sur l'angiographie, qui se traduit par une rupture nette au cours de l'artère.

Soins d'urgence pour embolie pulmonaire

Lors de l'identification de l'embolie pulmonaire, il est nécessaire de fournir une assistance d'urgence, qui consiste en une réanimation.

Le paquet de mesures d'urgence comprend les activités suivantes:

  • repos au lit;
  • insertion d'un cathéter dans la veine centrale à travers laquelle l'administration des médicaments et la mesure de la pression veineuse sont effectuées;
  • administration d'héparine jusqu'à 10 000 unités par voie intraveineuse;
  • un masque à oxygène ou l'introduction d'oxygène par un cathéter dans le nez;
  • administration continue de dopamine, de réopoliglyukine et d'antibiotiques dans la veine si nécessaire.

La réanimation vise à rétablir l'apport sanguin aux poumons, à prévenir le développement d'une septicémie et la formation d'une hypertension pulmonaire chronique..

Traitement de la thromboembolie pulmonaire

Thérapie thrombolytique de l'embolie pulmonaire
Après avoir fourni les premiers soins à un patient souffrant d'embolie pulmonaire, il est nécessaire de poursuivre le traitement visant à une résorption complète du thrombus et à la prévention des rechutes. À cette fin, un traitement chirurgical ou une thérapie thrombolytique est utilisé, basé sur l'utilisation des médicaments suivants:

  • l'héparine;
  • fraxiparine;
  • streptokinase;
  • l'urokinase;
  • activateur de plasminogène tissulaire.

Tous les médicaments ci-dessus peuvent dissoudre les caillots sanguins et empêcher la formation de nouveaux. Dans ce cas, l'héparine est administrée par voie intraveineuse pendant 7 à 10 jours, en surveillant les indicateurs de la coagulation sanguine (APTT). Le temps de thromboplastine partielle activée (APTT) devrait varier entre 37 et 70 secondes avec les injections d'héparine. Avant d'arrêter l'héparine (pendant 3-7 jours), ils commencent à prendre de la warfarine (cardiomagnyl, thrombostop, thromboas, etc.) sous forme de comprimés, surveillant les indicateurs de coagulation sanguine, tels que le temps de prothrombine (PV) ou le rapport international normalisé (INR). La réception de warfarine est poursuivie pendant un an après l'épisode d'embolie pulmonaire, en s'assurant que l'INR est de 2-3 et PV - 40-70%.

La streptokinase et l'urokinase sont administrées par voie intraveineuse goutte à goutte pendant la journée, en moyenne une fois par mois. L'activateur tissulaire du plasminogène est également administré par voie intraveineuse, une dose unique étant administrée pendant plusieurs heures..

Le traitement thrombolytique ne doit pas être effectué après la chirurgie, ni en présence de maladies potentiellement saignantes (par exemple, ulcère gastroduodénal). En général, il faut se rappeler que les médicaments thrombolytiques augmentent le risque de saignement.

Traitement chirurgical de l'embolie pulmonaire
Le traitement chirurgical de l'embolie pulmonaire est effectué lorsque plus de la moitié des poumons sont atteints. Le traitement est le suivant: en utilisant une technique spéciale, un caillot de sang est retiré du vaisseau pour éliminer une obstruction sur le chemin de la circulation sanguine. La chirurgie complexe n'est indiquée que pour le blocage de grosses branches ou du tronc de l'artère pulmonaire, car il est nécessaire de rétablir le flux sanguin sur presque toute la zone des poumons.

Prévention de la thromboembolie pulmonaire

Étant donné que l'embolie pulmonaire a tendance à réapparaître, il est très important de prendre des mesures préventives spéciales qui aideront à prévenir le re-développement d'une pathologie redoutable et sévère.

La prévention de l'embolie pulmonaire est réalisée chez les personnes à haut risque de développer une pathologie.

Il est conseillé de prévenir l'embolie pulmonaire dans les catégories de personnes suivantes:

  • plus de 40 ans;
  • crise cardiaque ou accident vasculaire cérébral;
  • en surpoids;
  • opérations sur les organes de l'abdomen, du bassin, des jambes et de la poitrine;
  • épisode de thrombose veineuse profonde des jambes ou d'embolie pulmonaire dans le passé.

Les mesures préventives comprennent les actions nécessaires suivantes:
  • Échographie des veines des jambes;
  • bandage serré des jambes;
  • compression des veines du bas de la jambe avec des poignets spéciaux;
  • administration régulière d'héparine sous la peau, de fraxiparine ou de réopoliglukine dans une veine;
  • ligature des grosses veines des jambes;
  • implantation de filtres à cava spéciaux de diverses modifications (par exemple, Mobin-Uddin, Greenfield, tulipe de Gunther, sablier, etc.).

Le filtre à cava est assez difficile à établir, mais l'introduction correcte empêche de manière fiable le développement d'une embolie pulmonaire. Un filtre de kava mal inséré entraînera un risque accru de caillots sanguins et le développement ultérieur d'embolie pulmonaire. Par conséquent, une opération d'installation d'un filtre à cava ne doit être effectuée que par un spécialiste qualifié dans un établissement médical bien équipé.

Ainsi, l'embolie pulmonaire est une affection pathologique très grave pouvant entraîner la mort ou une invalidité. En raison de la gravité de la maladie, il est nécessaire, en cas de moindre suspicion d'embolie pulmonaire, de consulter un médecin ou d'appeler une ambulance dans un état grave. Si un épisode d'embolie pulmonaire a été transféré, ou s'il existe des facteurs de risque, la prudence face à cette pathologie doit être maximale. Considérez toujours que la maladie est plus facile à prévenir qu'à traiter, alors ne négligez pas les mesures préventives.

Auteur: Nasedkina A.K. Spécialiste en recherche biomédicale.

Qu'est-ce que l'embolie pulmonaire?

La thromboembolie pulmonaire est un blocage d'un vaisseau passant par un thrombus flottant. Tela, la soi-disant pathologie donnée, peut se manifester dans un état rare. Lorsque l'air pénètre dans l'artère (embolie gazeuse), le liquide amniotique est dû à une naissance pathologique. Cellules tumorales ou adipeuses, corps étrangers.

Le chevauchement dans la plupart des cas se produit en raison de la formation de caillots sanguins et de l'errance dans la circulation sanguine. La gravité des symptômes et l'issue de la maladie dépendent directement du nombre de caillots et de leur taille..

Certains patients ne remarquent même pas les précurseurs légers de l'embolie pulmonaire. D'autres sont dans un état grave en soins intensifs, une issue fatale est possible..

Les causes

Après avoir compris ce qu'est une embolie pulmonaire, il convient de considérer les facteurs qui provoquent la maladie. Son déclencheur est basé sur des conditions telles que:

  • thrombose ou thrombophlébite des vaisseaux sur les extrémités inférieures;
  • oncologie;
  • maladie cardiaque dans n'importe quelle manifestation.

La pathologie est généralement une complication des troubles existants du système vasculaire. Il se développe dans le contexte de l'oncologie. Mais dans certains cas, il se trouve chez les personnes en bonne santé. Par exemple, en raison de vols fréquents.

Ainsi, en présence de vaisseaux sains, une exposition prolongée à l'élévation avec des chutes de pression importantes affecte négativement la circulation sanguine dans les jambes et le bassin. À savoir, il y a un épaississement, une stagnation des masses sanguines.

Un risque élevé de développer une thromboembolie est observé chez les personnes. Qui a subi des crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux, des blessures graves sous la forme d'une fracture du col fémoral. Et qui montre un repos au lit strict.

La situation est aggravée par l'insuffisance des soins, avec l'immobilisation, un dysfonctionnement du flux sanguin se produit et des thrombus vasculaires se forment. L'apparition d'une embolie pulmonaire est augmentée en cas de césarienne d'urgence.

En cas de déshydratation, qui se développe en raison de vomissements sévères, de prise de médicaments, d'empoisonnement. Il y a un épaississement du sang, en conséquence - la formation de caillots sanguins dangereux.

Classification

Avant de commencer le traitement de la thromboembolie, vous devez connaître les caractéristiques du blocage de l'artère pulmonaire.

Il, ainsi que les veines ramifiées, sont bloqués par des caillots en une seule ou plusieurs quantités, de diamètre différent.

Les plus dangereuses sont les formations fixées à l'intérieur du navire d'un seul côté..

La séparation du thrombus se produit avec une toux sévère, un mouvement soudain, une tension excessive.

Libéré, il pénètre dans la veine cave, puis pénètre dans l'oreillette à droite, le ventricule cardiaque droit. Arrête dans l'artère pulmonaire. À ce stade, le caillot s'arrête, peut être divisé en petites inclusions. Provoquant une thromboembolie de petites branches s'étendant de l'artère pulmonaire.

Des caillots en grande quantité obstruent l'artère, en raison de laquelle la pression dans les vaisseaux augmente.

Dans ce cas, l'insuffisance cardiaque progresse. Qui se qualifie en médecine comme pulmonaire aigu - le cœur est un signe clair d'embolie pulmonaire.

La pathologie est généralement divisée en degrés suivants:

  • petit - dommages à pas plus de 1/3 des vaisseaux du poumon;
  • submassif - affecte environ la moitié des veines, petites et grandes;
  • massive - la pathologie a affecté la majeure partie du réseau vasculaire des poumons.

Les principales manifestations de la pathologie


Des soins d'urgence seront nécessaires dans les cas suivants:

  • douleur thoracique;
  • dyspnée;
  • tousser du sang;
  • tachycardie;
  • hausse de température;
  • lèvres bleues;
  • toux avec râles humides;
  • abaisser la pression artérielle.

Les signes avant-coureurs de la maladie se combinent et créent des syndromes résistants. Qui se manifestent à un stade particulier de la thromboembolie. Si nous parlons de sous-espèces soumises ou petites de maladies vasculaires pulmonaires. Il se manifeste par un syndrome pleuro-pulmonaire avec essoufflement, écoulement des expectorations.

Quant à l'embolie massive, elle présente un syndrome cardiaque caractéristique avec douleur. Réminiscence de l'angine de poitrine, abaissant la pression artérielle avec un effondrement fréquent. Les veines gonflent autour du cou.

Les médecins de l'équipe d'ambulance signalent généralement une pression artérielle élevée chez ces patients. C'est dans l'oreillette droite, des tremblements amplifiés cardiaques, un pouls veineux de nature positive. Chez les personnes âgées, l'embolie pulmonaire évolue parallèlement au syndrome cérébral (convulsions, paralysie, perte de conscience).

Mesures diagnostiques

S'il y a la moindre suspicion de thromboembolie veineuse dans les poumons, le diagnostic le plus rapide et le plus urgent est effectué, ce qui aidera à prendre des mesures correctives d'urgence pour réduire la gravité de l'attaque.

Méthodes matérielles populaires:

  • scintigraphie de perfusion;
  • CT
  • angiographie sélective.

Quant à la radiographie et l'ECG avec la pathologie décrite. Ils montrent peu de potentiel, donc les données obtenues lors de leur mise en œuvre sont limitées.

Pendant la TDM, un infarctus pulmonaire supplémentaire peut être détecté, ce qui est la complication la plus difficile. Les femmes enceintes reçoivent généralement une IRM, et la procédure détermine avec précision la présence de la maladie. Il n'y a pas de rayonnement dangereux pour l'enfant.

La méthode la plus abordable pour détecter l'embolie pulmonaire est la scintigraphie de perfusion. L'angiographie sélective détermine rapidement les signes caractéristiques, révèle l'emplacement du thrombus. Assure la surveillance du mouvement des masses sanguines dans un petit cercle de circulation sanguine.

L'angiographie vous permet de parcourir un caillot vague avec un cathéter, après quoi la thérapie est déjà en cours.

Traitement

La thérapie de la pathologie est basée sur la fourniture de mesures d'urgence. Qui visent à sauver une personne et à assurer une perméabilité normale des navires affectés. Mesures opérationnelles et conservatrices.

Intervention chirurgicale

Tela est une maladie insidieuse dont le succès du traitement dépend en grande partie du degré de blocage et de l'état général du patient.

Concernant la chirurgie Trendelenburg pour enlever les emboles. Ils sont rarement utilisés dans la pratique en raison des taux de mortalité élevés..

L'embolectomie par cathéter de type intravasculaire s'est révélée très répandue. Dans lequel un caillot sanguin problématique est excrété à travers les vaisseaux et les cavités cardiaques.

Traitement conservateur

Une telle thérapie vise à fournir une lyse du caillot sanguin avec restauration ultérieure du flux sanguin dans les veines affectées. Sont désignés par le spécialiste:

  • les fibrinolytiques qui diluent les caillots dangereux;
  • anticoagulants - empêchant l'épaississement des masses sanguines, thrombose répétée dans les vaisseaux des poumons.

Le traitement de type combiné de l'embolie pulmonaire implique l'élimination active des spasmes, la stabilisation de la fonction cardiaque et la correction des processus métaboliques.

On prescrit au médecin traitant un expectorant, un médicament antichoc, des médicaments qui ont un puissant effet anti-inflammatoire, des analgésiques.

Dans la thérapie conservatrice, les médicaments sont généralement administrés via un cathéter à travers les voies nasales et une technique de perfusion intraveineuse est utilisée. Pour certains médicaments, un cathéter connecté à une artère est fourni..

Thromboembolie pulmonaire (EP)

Qu'est-ce que l'embolie pulmonaire en médecine? Thromboembolie pulmonaire (embolie pulmonaire) - Blocage d'une ou plusieurs artères pulmonaires. Cela devient souvent une complication de la thrombose dans le système de la veine cave inférieure, moins souvent les causes de thromboembolie de l'artère pulmonaire - des caillots sanguins dans le système de la veine cave supérieure ou la chambre droite du cœur. La présentation clinique comprend un manque d'oxygène, des douleurs sternales, un teint bleuâtre, une toux. Condition potentiellement mortelle et nécessite un traitement urgent.

Si vous identifiez en temps opportun les symptômes de la thromboembolie de petites branches de l'artère pulmonaire et fournissez des soins médicaux appropriés, il y a toutes les chances d'une guérison complète. N'aggrave pas la situation et ne reporte pas la visite à la clinique ABC si tu es préoccupé par des signes de la maladie..

informations générales

Causes d'embolie pulmonaire

Presque toutes les embolies pulmonaires sont le résultat de caillots sanguins dans les veines des jambes. Le risque de pathologie augmente si les caillots sanguins sont localisés à proximité des veines de la jambe. Des caillots sanguins se forment également dans les veines des mains ou dans les veines centrales du sternum (par exemple, lors de l'utilisation de cathéters veineux centraux). Les raisons de l'embolie pulmonaire ne s'arrêtent pas là..

Dans 10 à 15% des cas, les causes d'embolie pulmonaire sont des conditions qui prédisposent à la formation de caillots sanguins, d'embolie pulmonaire: rhumatisme articulaire aigu, myocardite, cardiomyopathie, maladie coronarienne, malformations cardiaques. De plus, les causes d'embolie pulmonaire chez les jeunes hommes et femmes peuvent être associées à:

  • processus septique généralisé;
  • thrombophlybie;
  • cancer
  • syndrome des antiphospholipides.

Facteurs de risque

La pathologie est favorisée par: insuffisance cardiaque, interventions chirurgicales, traumatisme, alitement et autres conditions dans lesquelles le flux sanguin est ralenti, les vaisseaux sanguins sont endommagés, le sang est épaissi.

Autres photocores à risque:

  • prendre des diurétiques ou des médicaments pour la coagulation du sang;
  • hémostase altérée, métabolisme (diabète sucré);
  • varices;
  • hypertension artérielle;
  • une histoire de thromboembolie;
  • grossesse;
  • déshydratation;
  • mauvaises habitudes.

Classification

De par la nature du cours, la pathologie peut être aiguë et chronique.

La thromboembolie aiguë des branches de l'artère pulmonaire se caractérise par une augmentation rapide (parfois fulminante) des symptômes, dans lesquels le cœur et les organes du système respiratoire cessent de fonctionner normalement. Cette forme a tendance à progresser et à se compliquer d'infarctus pulmonaire (avec une forme fulminante, la mort survient immédiatement).


La thromboembolie chronique de petites branches de l'artère pulmonaire est caractérisée par une rechute de caillots sanguins dans l'artère pulmonaire. Les symptômes comprennent un infarctus pulmonaire récurrent, une inflammation des lobes pleuraux et le développement d'une insuffisance ventriculaire droite. L'embolie pulmonaire récurrente est souvent caractéristique du stade postopératoire, dans le contexte de processus malins, de pathologies sévères du cœur et des vaisseaux sanguins.

Symptômes cliniques de l'embolie pulmonaire

Les symptômes cliniques de l'embolie pulmonaire peuvent ne pas se produire du tout ou provoquer une mort subite. Tout dépend de la taille et du nombre de caillots, de l'état de santé du patient et de l'aggravation du flux sanguin..

Les symptômes de thromboembolie de petites branches de l'artère pulmonaire ne sont pas spécifiques, ils n'indiquent pas directement la maladie, ce qui rend le diagnostic difficile:

  1. Diminution de la pression artérielle, douleurs thoraciques, fibrillation auriculaire, veines lancinantes dans le cou, acouphènes, vertiges, symptômes méningés.
  2. Essoufflement, cyanose, toux, hémoptysie, respiration sifflante.
  3. Augmentation de la température due à la pneumonie.
  4. Elargissement douloureux du foie en volume, troubles dyspeptiques.
  5. Éruptions cutanées, augmentation des éosinophiles, médiateurs de l'inflammation dans le sang.

Complications

Les petites emboles ne sont pas toujours dangereuses. La plupart d'entre eux subissent une lyse et se dissolvent d'eux-mêmes. Les gros caillots sanguins conduisent souvent à:

  • respiration réflexe rapide (tachypnée);
  • hypoxémie et faibles taux d'oxygène dans le sang;
  • fermeture de la lumière des bronches, un changement pathologique du sufractant; embolie pulmonaire.

Si les mécanismes de compensation ne fonctionnent pas, la condition devient la cause de l'asystolie et de la mort.

Diagnostic de l'embolie pulmonaire

Le diagnostic d'embolie pulmonaire n'est pas toujours possible la première fois. Cela est dû au fait que les symptômes ne sont pas spécifiques, il est difficile de les différencier d'autres maladies (maladie coronarienne, maladie pulmonaire chronique, insuffisance cardiaque chronique), complications et blessures cancéreuses, opérations.

  1. Le diagnostic d'embolie pulmonaire est posé après réception des données:
  2. Anamnèse, tableau clinique.
  3. Études en laboratoire (biochimique, test sanguin clinique, coagulogramme, étude des D-dimères).
  4. Études instrumentales (électrocardiographie en dynamique, radiographie des poumons, échocardiographie, injection d'un médicament radioactif dans une veine et examen approfondi des tissus, échographie des veines des jambes, examen radiologique des veines avec contraste, angiopulmonographie).

Tel traitement

Avec l'hypoxémie, l'oxygène est nécessaire. En cas d'hypotension, l'administration iv de solution saline est nécessaire (0,9%). Si cela ne conduit pas au niveau nécessaire d'augmentation de la pression artérielle, des vasopresseurs sont également prescrits.

Le traitement de l'embolie pulmonaire comprend nécessairement un traitement anticoagulant au début du développement de la pathologie. Il aide à dissoudre les caillots sanguins et à rétablir le flux sanguin vers l'artère pulmonaire. Ensuite, le traitement à l'héparine est prescrit pour la prévention.


En l'absence de réponse aux anticoagulants, une intervention chirurgicale est prescrite. Avec une forme récurrente, un filtre spécial est installé dans le récipient.

Prédiction de l'embolie pulmonaire et prévention

La thromboembolie des branches de l'artère pulmonaire a un pronostic favorable si le patient demande rapidement l'aide d'un médecin. Si aucun traitement médicamenteux n'a été effectué, une thromboembolie pulmonaire chronique se développe souvent, dans laquelle une embolie pulmonaire réapparaît (embolie pulmonaire récurrente). Par conséquent, tout soupçon d'embolie pulmonaire doit être la raison pour laquelle vous allez chez le médecin.

Une telle pathologie présente dans chaque cas différents symptômes de traitement et pronostic d'embolie pulmonaire. Les angiosurgeons, les phlébologues et les cardiologues hautement qualifiés de la clinique ABC ont une expérience pratique impressionnante dans le traitement des maladies cardiovasculaires. Par conséquent, ils fourniront rapidement des soins médicaux professionnels, même dans les cas les plus difficiles..

Comment traiter la thromboembolie des petites branches de l'artère pulmonaire et quels sont les symptômes (signes) de l'embolie pulmonaire

La thromboembolie pulmonaire (embolie pulmonaire) est une complication de la thrombose veineuse qui résulte d'un thrombus bloquant le tronc principal d'un vaisseau sanguin ou ses branches qui acheminent le sang du cœur vers les poumons. Cette condition provoque souvent la mort de patients souffrant de pathologies sévères associées à une thrombose. Selon les statistiques médicales, au cours des dernières décennies, l'incidence des maladies thrombopulmonaires a augmenté de nombreuses fois.

Raisons du développement

Avec le développement d'une thromboembolie pulmonaire, le sang veineux n'entre pas dans les poumons pour l'échange de gaz. Cela affecte négativement le corps humain tout entier, il subit une privation d'oxygène. La pression dans les artères augmente, créant une charge supplémentaire sur le ventricule droit du cœur, ce qui peut entraîner une insuffisance cardiaque aiguë.

Souvent, le blocage des vaisseaux sanguins se produit par un thrombus formé dans les membres inférieurs à la suite d'une thrombose. Avec une circulation sanguine, l'embolie est transférée aux poumons et bloque les vaisseaux. Peut provoquer une thrombose d'embolie pulmonaire des membres supérieurs, de la cavité abdominale, du cœur.

La principale cause d'embolie pulmonaire doit être considérée comme une thrombose veineuse profonde. Cette maladie peut être associée à:

  • avec une diminution du flux sanguin due à l'inactivité humaine;
  • avec une augmentation de la coagulabilité sanguine, qui est facilitée par des maladies - oncologie, thrombophilie, insuffisance cardiaque, etc.;
  • avec des dommages à la paroi du vaisseau résultant de blessures pendant les opérations, les processus inflammatoires, etc..

D'autres causes d'embolie pulmonaire sont la présence de pathologies graves telles que les maladies coronariennes, l'infarctus du myocarde, l'endocardite infectieuse, les rhumatismes, etc..

Les facteurs contribuant à l'émergence d'une embolie pulmonaire doivent être pris en compte:

  • âge vieux et sénile;
  • grossesse et naissance compliquée;
  • surpoids;
  • fumeur;
  • prendre des contraceptifs hormonaux;
  • la présence d'un parent atteint de thrombose veineuse;
  • toute intervention chirurgicale.

Dans de rares cas, lors de la formation d'une embolie pulmonaire, les causes peuvent être associées à un long séjour en position immobilisée.

Classification

Pour poser le diagnostic correct, établir la gravité de la pathologie et sélectionner une tactique de traitement efficace, une classification étendue de l'embolie pulmonaire est utilisée, qui reflète tous les aspects de la manifestation de la pathologie.

Selon l'emplacement, l'embolie pulmonaire est divisée en gauche, droite, bilatérale.

Le blocage peut se produire au niveau de petits, gros ou intermédiaires vaisseaux sanguins..

L'évolution de la thromboembolie pulmonaire est chronique, aiguë ou récidivante.

Les médecins, sur la base du tableau clinique du développement de la maladie, distinguent:

  • Pneumonie myocardique, représentant une thromboembolie de petites branches de l'artère pulmonaire.
  • Maladie cardiaque pulmonaire aiguë, dans laquelle la maladie affecte de grandes branches des vaisseaux sanguins des poumons.
  • Embolie pulmonaire récurrente.

Selon le volume des vaisseaux sanguins pulmonaires affectés, la maladie peut prendre une forme massive ou non massive. La caractéristique spécifiée affecte directement la gravité de la pathologie.

Symptômes et manifestations externes

L'embolie pulmonaire ne présente pas de symptômes spécifiques de la maladie. Son tableau clinique est varié, peut dépendre des facteurs suivants:

  • gravité de la maladie;
  • le taux de développement de processus pathologiques dans les poumons;
  • manifestations de la pathologie qui a provoqué cette complication.

Lorsque 25% des vaisseaux pulmonaires sont affectés, les fonctions des principaux organes sont préservées, la clinique n'est pas exprimée. Le patient n'a qu'un essoufflement.

Avec une augmentation du volume des vaisseaux sanguins problématiques exclus de la circulation sanguine générale, les symptômes d'embolie pulmonaire suivants peuvent être observés:

  • douleur rétrosternale aiguë ou constrictive;
  • essoufflement
  • augmentation de la fréquence cardiaque;
  • toux avec crachats sanglants;
  • râles thoraciques;
  • peau bleue ou pâle;
  • fièvre.

L'embolie pulmonaire est souvent déguisée en une maladie grave - pneumonie, infarctus du myocarde, etc. Une pathologie peut ne pas être détectée au cours de la vie du patient..

L'embolie pulmonaire se caractérise dans la plupart des cas par la présence de syndromes associés à des troubles cérébraux, respiratoires, cardiaques.

Troubles cérébraux

Des symptômes d'embolie pulmonaire avec accident vasculaire cérébral sont observés dans une forme sévère sévère de la maladie. Ceux-ci inclus:

  • hypoxie;
  • vertiges;
  • évanouissement
  • bruit dans les oreilles;
  • crampes
  • la faiblesse;
  • altération de la conscience;
  • coma.

Symptômes cardiaques

Le blocage du vaisseau pulmonaire entraîne une diminution de la fonction de pompage du cœur. En conséquence, la pression artérielle dans le système chute fortement. Des signes d'atélectasie, un infarctus du myocarde peuvent être observés..

Pour compenser cette condition, la fréquence cardiaque (FC) est augmentée à 100 et au-dessus de battements par minute. Symptômes d'embolie pulmonaire cardiaque:

  • tachycardie sévère;
  • constriction des douleurs thoraciques;
  • souffle au coeur;
  • hypotension;
  • gonflement pulsatoire des veines du cou et du plexus solaire en raison d'un débordement de leur sang;
  • choc.

Détresse respiratoire

Un signe invariable d'embolie pulmonaire est un essoufflement constant, indiquant une insuffisance pulmonaire. Il y a une augmentation de la fréquence respiratoire. Les patients ont la peau bleue.

Avec le développement du syndrome bronchospastique et la formation de foyers d'infarctus pulmonaire, une respiration sifflante, une toux improductive, des douleurs thoraciques et une élévation de la température corporelle.

Diagnostique

Le diagnostic d'embolie pulmonaire comprend:

  • conversation détaillée avec le patient sur les plaintes concernant l'état de santé, la présence de pathologie chez les proches parents, etc..
  • examen physique avec identification d'une augmentation de la température corporelle, d'une pression artérielle basse, détection d'un essoufflement, écoute d'une respiration sifflante, d'un souffle cardiaque
  • ECG;
  • échocardioscopie;
  • radiographie pulmonaire;
  • angiographie des vaisseaux pulmonaires à l'aide d'un agent de contraste;
  • IRM
  • CT
  • balayage de perfusion de ventilation;
  • Échographie des veines des membres inférieurs;
  • chimie sanguine.

Les médecins ont souvent du mal à diagnostiquer la thromboembolie, car la clinique de cette pathologie peut survenir avec d'autres maladies graves.

Pour confirmer le bon diagnostic, il existe des échelles spéciales pour évaluer la probabilité et la gravité de l'embolie pulmonaire.

Lors d'un examen complet, des thrombus et des zones d'artères endommagées dans les poumons, des changements pathologiques dans le cœur et d'autres signes de la maladie sont détectés.

Comment traiter

Le traitement de l'embolie pulmonaire peut être:

  • conservateur;
  • un peu envahissant;
  • opérationnel.

Il vise à:

  • le retrait d'urgence du patient d'une condition qui menace sa vie;
  • élimination des caillots sanguins dans les artères;
  • suppression des symptômes de la maladie;
  • restauration de la fonction pulmonaire et cardiaque.

La tactique et le type de traitement sont choisis par le médecin, en tenant compte de la gravité de la maladie, des maladies concomitantes, des caractéristiques individuelles du patient.

Traitement médical

Le traitement médicamenteux de l'embolie pulmonaire est effectué à l'aide d'anticoagulants - médicaments qui influencent activement les facteurs de coagulation sanguine. Ces médicaments dissolvent les caillots sanguins existants, réduisent le risque de formation.

Les anticoagulants courants sont les médicaments - la warfarine et l'héparine. Ce dernier est administré au patient par voie sous-cutanée ou intraveineuse. La warfarine est administrée par voie orale. Mais leur utilisation prolongée peut entraîner des conséquences graves - saignement, hémorragie cérébrale, nausées, vomissements, etc. Lors de la prise de ces médicaments, la coagulation sanguine doit être contrôlée à l'aide d'un coagulogramme.

Aujourd'hui, vous pouvez traiter l'embolie pulmonaire avec des médicaments plus sûrs et plus efficaces. Ceux-ci comprennent - Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban.

Intervention chirurgicale

Dans les formes sévères d'embolie pulmonaire, le traitement conservateur devient inefficace. Pour sauver la vie du patient, il faut recourir à des mesures radicales. Les indications d'une intervention chirurgicale pour une embolie pulmonaire doivent être envisagées:

  • forme massive de la maladie;
  • échec du traitement;
  • altération de la circulation générale;
  • rechute et dr.

L'embolie pulmonaire est traitée avec les procédures chirurgicales suivantes:

  • embolectomie, dans laquelle un thrombus est retiré;
  • thrombendartériectomie, lorsque la paroi interne du vaisseau sanguin est enlevée avec la plaque.

Opérations complexes qui se produisent avec l'ouverture de la poitrine du patient et la transition vers un apport temporaire de sang artificiel au corps.

Ces interventions prennent du temps et nécessitent la participation de spécialistes de haut niveau - chirurgiens thoraciques et chirurgiens cardiaques.

Aujourd'hui, les chirurgies douces sont souvent utilisées pour éliminer un caillot de sang:

  • embolectomie par cathéter;
  • thrombolyse par cathéter avec des médicaments - streptokinase, alteplase, urokinase.

Les manipulations sont effectuées à l'aide d'un cathéter spécial à travers de petites piqûres de la peau. Le cathéter est conduit à travers les veines principales vers le site du thrombus, où il est retiré sous surveillance informatique constante.

Installer le filtre Cava

Le filtre à kava est un piège à mailles spécial conçu pour les caillots de sang détachés. Le dispositif est installé dans la veine cave inférieure et sert de mesure préventive pour protéger contre les emboles de l'artère pulmonaire et du cœur..

Lors de l'installation d'un filtre à cava, des méthodes de traitement mini-invasives sous forme d'intervention endovasculaire sont utilisées. Le spécialiste à travers une petite ponction sur la peau à l'aide d'un cathéter à travers les veines livre le maillage à l'endroit souhaité, où il se redresse et le fixe. Le cathéter est sorti. Les veines principales lors de l'installation du piège sont les grosses veines saphènes, jugulaires ou sous-clavières.

Les manipulations sont effectuées sous légère anesthésie et ne durent pas plus d'une heure. Après cela, le patient se voit prescrire un repos au lit pendant 2 jours.

Complications et prévisions des médecins

L'embolie pulmonaire a un pronostic défavorable de l'évolution, qui dépend de la rapidité de la détection, du traitement approprié, de la présence d'autres pathologies graves. Avec un développement défavorable de l'embolie pulmonaire, la mortalité est supérieure à 60%. Les patients meurent en raison de complications des systèmes respiratoire et cardiovasculaire.

Les complications courantes de cette maladie doivent être envisagées:

  • infarctus pulmonaire;
  • pneumonie
  • pneumothorax;
  • abcès pulmonaire
  • empyème
  • pleurésie;
  • rechute
  • arrêt cardiaque, etc..

La prévention

Réduire le risque d'embolie pulmonaire chez les personnes sujettes à la thrombose aidera à:

  • régime équilibré;
  • l'utilisation de sous-vêtements de compression;
  • l'utilisation d'anticoagulants;
  • se débarrasser des mauvaises habitudes - tabagisme, abus d'alcool;
  • maintenir un style de vie actif;
  • perte de poids.

L'état des patients souffrant de pathologies chroniques sévères (insuffisance cardiaque, diabète sucré, varices, etc.) qui sont au lit pendant une longue période après une intervention chirurgicale doit être strictement surveillé par des spécialistes.